ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

23.12.2011 - ven. : 07'16 - Mise à jour 23.12.2011 - ven. : 07'16

L'Afrique du Sud, le pays qui n'achète pas de livres

Afrique du Sud

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

   
Johannesburg - La fermeture annoncée d'une célèbre librairie de Johannesburg a mis l'intelligentsia sud-africaine en émoi. Elle a aussi montré qu'il était très difficile de vendre des livres en Afrique du Sud, un pays où seule une élite lit vraiment. "Seul 1% de la population achète des livres", soupire Elitha van der Sandt, directrice du Conseil sud-africain de développement du livre (SABDC).


Les professionnels et chercheurs interrogés par l'AFP avancent plusieurs explications à cette désaffection: le pays souffre d'un grave problème d'illettrisme, notamment hérité de l'apartheid qui n'avait pas jugé nécessaire d'éduquer les populations de couleur. La médiocrité du système éducatif actuel n'a pas spécialement amélioré la situation, ajoutent certains.


Quant aux Blancs, une bonne partie d'entre eux descendent de petites gens qui ne lisaient que la Bible, au mieux: "Ce n'était pas les intellectuels qui ont quitté l"Europe!", s'amuse une libraire.Un de ses collègues avance aussi que la clémence du climat inciterait plutôt à aller faire du sport à l'extérieur qu'à rester chez soi à bouquiner. Et puis, il y a les prix: le moindre livre de poche coûte au moins 120 rands (11 euros). C'est beaucoup dans un pays où un salarié non-qualifié gagne en moyenne de 2.000 à 3.000 rands.


"Alors que quelques livres se vendent vraiment bien, la plupart ne se vendent qu'à un millier d'exemplaires. Ca veut dire que les éditeurs font des petits tirages, ce qui fait monter les coûts (et les prix)", observe Beth Le Roux à l'université de Pretoria, qui cite aussi la TVA à 14% et le coût du transport pour les ouvrages importés. "Pour faire partie des best-sellers, il ne faut vendre que quelques milliers d'exemplaires ici!".


Elle estime le chiffre d'affaires de la profession à 3,5 milliards de rands (320 millions d'euros), dont les deux tiers concernent des ouvrages scolaires et universitaires. Les livres religieux représentant plus de 20% du reste, la littérature générale n'est pas à la fête, dans ce vaste pays de 50 millions d'habitants.


En province, on ne trouve le plus souvent que des papeteries qui vendent quelques bouquins --romance, histoires de princesses, polars et sport-- et des boutiques spécialisées dans les ouvrages religieux.