ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

18.01.2012 - mer. : 08'53 - Mise à jour 18.01.2012 - mer. : 08'53

quatre membres du groupe islamiste Boko Haram tués par l'armée (officier)

Nigeria

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

    KANO (Nigeria) - Quatre membres présumés du groupe islamiste Boko Haram ont  été tués et cinq autres blessés mardi par des soldats à Maiduguri, une ville du nord du Nigeria, a annoncé le commandant de la Force d'intervention conjointe (JTF).


               "Nos hommes ont eu un accrochage avec des hommes armés que nous pensons être des membres de Boko Haram. Ces hommes ont attaqué un de nos postes de contrôle et ont échangé des tirs avec nos hommes et, dans l'action, quatre des assaillants ont été tués", a déclaré le colonel Victor Ebhaleme. "Cinq autres ont été blessés", a-t-il ajouté à l'AFP.


               Toujours à Maiduguri, des membres présumés de Boko Haram avaient d'abord ouvert le feu contre un poste de contrôle sur le carrefour d'Ajilari, tuant six personnes: deux  soldats et quatre policiers, ont rapporté des résidents. Cette attaque a déclenché une intervention militaire dans la zone où les habitants ont reproché aux soldats de tirer sans discrimination sur  les civils.


               D'après un habitant, Fantaye Bulama, les tirs des soldats ont blessé de nombreuses personnes. "Des soldats sont arrivés en voiture en grand nombre après l'attaque, ont entouré les lieux et ont commencé à tirer sans discrimination", a-t-il dit. Selon une source
médicale à l'hôpital de la ville, les corps de quatre civils et de deux soldats atteints par des balles ont été amenés à la morgue depuis le carrefour d'Ajilari.


               Les résidents de Maiduguri accusent souvent les soldats de tirer sur la population et d'incendier leurs maisons après des attaques attribuées à Boko Haram. Certains habitants soupçonnent l'armée de complicité avec le groupe islamiste mais l'armée a toujours démenti ces accusations.