ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

23.12.2012 - dim. : 13'03 - Mise à jour 23.12.2012 - dim. : 13'03

La Constitution défendue par les islamistes approuvée

Egypte

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

LE CAIRE - Près de deux tiers des votants égyptiens ont approuvé une Constitution critiquée pour sa tonalité islamiste, ont annoncé dimanche les médias officiels, lors d'un référendum précédé par des manifestations parfois violentes et entaché selon l'opposition par des fraudes.


Les résultats officiels sont attendus lundi. Mais les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, et les médias d'Etat ont rapporté que 64% des votants avaient approuvé la Constitution sur les deux phases les 15 et 22 décembre.


Selon les islamistes, le taux de participation a été d'environ 32%.


"Le peuple égyptien continue sa marche vers la finalisation de la construction d'un Etat démocratique moderne, après avoir tourné la page de l'oppression", s'est félicité dans un communiqué le Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), la branche politique des Frères musulmans.


Des élections législatives doivent se tenir dans les deux mois suivant l'adoption de la Constitution.


"Nous tendons la main à tous les partis politiques et toutes les forces nationales pour dessiner ensemble les contours de la période à venir et j'espère que nous allons tous commencer une page nouvelle", a dit sur son compte Twitter le président du PLJ, Saad el-Katatni.


Le Front du salut national (FSN), la principale coalition de l'opposition, a fait état de fraudes. Il doit tenir une ence de presse à 11H00 GMT dimanche.


L'opposition, composée de mouvements en majorité de gauche et libéraux, estime que le texte ouvre la voie à des interprétations rigoristes de l'islam et offre peu de garanties pour certaines libertés.


Le Front, qui exigeait l'annulation du référendum, a tenté de faire pression sur M. Morsi avec des manifestations de masse, avant de lancer une campagne acharnée mais de dernière minute pour le "non".