ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

13.05.2012 - dim. : 09'32 - Mise à jour 13.05.2012 - dim. : 09'31

Législatives en Algérie / Le "statu quo" pour poursuivre les réformes présidentielles

Algérie

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Alger - Les Algériens se sont réveillés samedi avec une assemblée qui consacre la prééminence du traditionnel Front de Libération
nationale (FLN) qui devrait poursuivre les réformes présidentielles, un statu quo favorisé par le faible score des islamistes, qui n'ont pu accéder au pouvoir comme ceux des pays voisins du Printemps arabe.


"Le statu quo consacré", estimait aussi vendredi le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), un parti d'opposition, qui appelait à boycotter le scrutin.


"Les partis au pouvoir reconduits, le Statu Quo", titrait en Une le quotidien privé d'opposition francophone El-Watan. Le FLN a presque obtenu la majorité des sièges avec 220 sur 462.

Son allié, le Rassemblement national démocratique (RND) reste deuxième avec 68 députés, un peu plus que précédemment (62) mais l'écart est beaucoup plus grand avec le FLN (précédemment 136 sièges).

Les islamistes du Mouvement pour la société (MSP) qui a quitté en janvier l'Alliance présidentielle pour fonder une "Algérie Verte" avec deux partis islamistes n'ont pas gagné au change. Ces derniers ainsi que trois des quatre autres formations islamistes en lice totalisent 59 sièges, exactement le même nombre que dans l'assemblée sortante.

L'Alliance verte avait pourtant prédit et annoncé qu'elle serait la seconde force du pays, avec une centaine de députés, fort du changement dans les pays voisins.

"Le monde entier attendait et redoutait une victoire des islamistes en Algérie, alors que c'est pire, relevait l'éditorialiste du Quotidien d'Oran: c'est la victoire de personne sauf du statu quo".

Pour le Front des Forces socialistes (FFS), le plus vieux parti d'opposition revenu dans l'arène électorale après dix ans de boycottage, "le système a déployé toute son ingéniosité pour se consolider au pouvoir" et a pris "acte des résultats" auxquels il répondra "politiquement". Il a remporté 21 sièges, de quoi fonder un groupe parlementaire.

- Près d'un million de votes blancs -