ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

14.07.2012 - sam. : 10'45 - Mise à jour 14.07.2012 - sam. : 10'45

Biens mal acquis, le fils Obiang visé par un mandat d'arrêt

Guinée-Equatoriqle

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

                         

Paris - Le fils du président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema est visé par un mandat d'arrêt international à la suite de son refus de se présenter devant les juges chargés de l'enquête dite des "biens mal acquis" en France par des dirigeants africains.
                         

Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman, qui soupçonnent Teodorin Nguema Obiang Mangue de détournement de fonds publics de son pays, ont décerné ce mandat jeudi, quatre mois après avoir lancé la procédure, et au lendemain d'une deuxième convocation en vue d'une mise en examen (inculpation), à laquelle il ne s'est pas présenté.
                         

Après une spectaculaire perquisition en Février dans un somptueux hôtel particulier parisien dans lequel ont été saisis 200 m3 de biens de valeur, les juges avaient convoqué une première fois en mars M. Obiang mais le gouvernement équato-guinéen s'y était opposé en signe de protestation. Teodorin Obiang a été nommé fin mai deuxième vice-président après avoir exercé la fonction de ministre de l'Agriculture depuis 2008.
                        

"Il bénéficie d'une immunité de juridiction en tant que vice-président de Guinée Equatoriale et ne pouvait donc se rendre à une telle convocation", a déclaré à l'AFP son avocat Me Emmanuel Marsigny.
                        

Dans un communiqué, les avocats de la Guinée Equatoriale, Mes Isabelle Thomas-Werner et Olivier Pardo ont vu dans le mandat d'arrêt "une atteinte intolérable à l'ordre public international et aux relations entre Etats souverains".