ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

15.01.2018 - lun. : 15'26 - Mise à jour 15.01.2018 - lun. : 15'26

L'Ethiopie va libérer 500 prisonniers, dont un leader de l'opposition

Addis Abeba - Le gouvernement éthiopien a annoncé lundi la libération dans deux jours de plus de 500 suspects dans l'attente d'un procès, dont un des principaux leaders de l'opposition, a annoncé la radio d'Etat Fana, deux semaines après la promesse des autorités de libérer des hommes politiques emprisonnés.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

 La libération du président du Congrès fédéraliste oromo (OFC), Merera Gudina, en détention depuis 2016, figurait parmi les principales demandes de protestataires oromo, la principale ethnie du pays.
               M. Merera avait été arrêté en 2016 après avoir critiqué l'instauration de l'état d'urgence en Ethiopie, qui avait largement mis un terme aux plus importantes manifestations antigouvernementales depuis 1991. La répression de ces manifestations, qui avaient surtout touché les régions oromo et amhara, avait fait des centaines de morts.
               Le président de l'OFC est un des 528 prisonniers qui doivent être relâchés mercredi. M. Merera est inculpé notamment d'incitation aux émeutes et d'avoir préparé un coup d'État, alors que la plupart des autres prisonniers libérés sont accusés de violences ethniques à la frontière entre les régions oromo et somali (sud).
               Les charges à l'encontre de ces prisonniers, qui étaient dans l'attente d'un procès, seront abandonnées, et "les suspects seront libérés mercredi après avoir reçu un entraînement" lundi et mardi, a déclaré le procureur général, Getachew Ambaye, cité sur le site internet de la radio d'Etat Fana.
               La nature des "entraînements" n'a pas été précisée. Toutefois, par le passé, l'Éthiopie a régulièrement obligé des prisonniers à suivre des programmes d'"éducation" progouvernementaux avant leur libération.
               Beyene Petros, le vice-président de la coalition Medrek, dont l'OFC fait partie, a qualifié l'annonce de la libération de M. Merera de "geste positif", mais a estimé qu'elle ne marquait pas pour autant un changement d'attitude de la part du gouvernement vis-à-vis des dissidents.
               "Il n'y a aucune garantie que ceux qui sont libérés aujourd'hui ne seront pas à nouveau emprisonnés demain", a-t-il déclaré à l'AFP.
               Le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, avait promis le 3 janvier de libérer un certain nombre d'hommes politiques.

Balises Etiópia  

Lire aussi