ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

08.02.2018 - jeu. : 16'29 - Mise à jour 08.02.2018 - jeu. : 16'29

Ghana : Le président ghanéen ne souhaite pas souscrire un nouvel emprunt au FMI

Accra (AFP) - Le président ghanéen a déclaré jeudi qu'il n'y avait "aucune raison" de souscrire un nouvel emprunt du Fonds Monétaire International, s'appuyant sur la rapide croissance que devrait connaître le pays d'Afrique de l'Ouest cette année.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

               "Nous sommes déterminés à mettre en place des mesures irréversibles, pour maintenir une stabilité macro-économique", a déclaré Nana Akufo-Addo dans un discours au Parlement à Accra. "Ainsi, il n'y aura plus aucune raison de s'appuyer sur cette institution internationale."
               Cité en exemple pour sa croissance rapide au début des années 2000, le Ghana a souffert de la chute des prix des commodités et l'ex-président John Mahama avait du se tourner vers le FMI pour un emprunt de 918 millions de dollars, dont l'argent sera fini d'être versé cette année.
               L'endettement du pays a été l'un des fers de lance dans la campagne présidentielle, Akufo-Addo dénonçant la mauvaise gestion économique de son prédécesseur, entraînant selon lui une forte inflation, un fort taux de chômage et des pertes de revenus fiscaux.
               "Pour la première fois depuis un long moment, notre économie est solide et tous les indices cruciaux sont au vert", a ajouté le chef d'Etat, arrivé au pouvoir il y a tout juste un an.
               En janvier, la Banque Mondiale a prédit une croissance de 8,3% cette année pour le Ghana, grâce à l'augmentation de la production des hydrocarbures, ce qui pourrait être la plus forte croissance au monde.
               Mais transformer cette croissance en création d'emplois est le défi le plus important, explique Gideon Amissah, de l'Institut des Economistes Certifiés du Ghana.
               "Si le gouvernement n'est pas capable de remplir ses promesses, la confiance que lui accordent les Ghanéens pour l'instant ne durera pas".

Balises Ghana   África  

Lire aussi
  • 05/02/2019 14:15:52

    Afrique: CAN U20 - Déclarations d'avant-match Burundi - Niger

    « C'est un match capital que nous devons jouer contre le Niger après avoir perdu lors de notre première sortie. Et dans ce sens, nous devons mettre toutes les chances de notre côté pour réussir un bon résultat. Une rencontre à ne pas perdre et même si avec un nul nous pouvons espérer, une victoire nous permettra d'être beaucoup plus en vie. Il n'y a pas de pression à notre niveau puisque nous sommes à une compétition où il y a trois matchs à jouer et après avoir été défait lors de la première rencontre, on peut toujours se rattraper sur les deux autres. Je ne prends pas beaucoup en considération le fait que nous jouons contre le pays organisateur mais, il s'agit de mettre toutes les chances de notre côté pour espérer avoir un bon résultat », lit - on sur Allafrica.

  • 05/02/2019 14:10:38

    Tchad: Raid français contre l'UFR - Deux versions s'affrontent

    L'intervention des Mirages 2000 français dans le nord-est du Tchad, dimanche, contre une colonne de la rébellion tchadienne, précisément de l'Union des forces de la résistance, marque un tournant inédit depuis dix ans., lit - on sur Allafrica

  • 05/02/2019 14:01:57

    Congo-Kinshasa: En RDC, le chef des renseignements se met en retrait

    En RDC, Kalev Mutondo sollicite une mise en disponibilité. C'est dans une lettre adressée au nouveau chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, que l'administrateur général de l'Agence nationale des renseignements a exprimé son souhait. Les motif seraient politique puisque Kalev Mutondo vise la tête du Lualaba, lit- on sur Allafrica.

  • 05/02/2019 13:57:26

    Somalie: L'AMISOM s'apprête à retirer 1000 soldats burundais du contingent

    Sous la pression des bailleurs, un plan de retrait de la force africaine en Somalie est en cours. La Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) avait déjà été une première fois réduite, en décembre 2017. Ce sont maintenant 1 000 militaires supplémentaires qui devront rentrer à Bujumbura, d'ici le 28 février, faisant passer les effectifs de l'AMISOM à environ 20 600 soldats, lit - on sur Allafrica.