ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

09.02.2018 - ven. : 15'14 - Mise à jour 09.02.2018 - ven. : 15'14

Mali: huit arrestations pour viols collectifs et pédophilie

Bamako(AFP) - Huit hommes suspectés d'agressions sexuelle, dont les quatre auteurs présumés du viol collectif d'une jeune fille dont la vidéo a suscité une vague d'émotion au Mali, ont été interpellés ces derniers jours, ont indiqué jeudi les autorités maliennes.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer


   
               "Une vidéo circulait depuis quelques jours sur les réseaux sociaux où l'on pouvait voir quatre jeunes hommes violer une jeune fille", a indiqué sur Twitter le gouvernement malien.
               Les auteurs présumés de cet acte ont été "mis en état d'arrestation", ajoute le gouvernement, en identifiant les quatre gardés à vue comme Badra (16 ans), Kagny (18 ans), Kanda (25 ans) et Boubacar (18 ans).
               Ils ont été arrêtés mercredi à Bamako, selon un communiqué de la police, tout comme les trois auteurs présumés d'un autre viol survenu le même jour dans le quartier de l'Hippodrome, l'un des plus animés de la capitale malienne.
               Par ailleurs , un homme de 75 ans a également été interpellé mercredi à Bamako pour "pédophilie sur une fillette de 3 ans", selon la police.
               Six autres personnes, dont une femme, ayant enregistré et diffusé "une vidéo à caractère pornographique avec chantage" ont elles aussi été arrêtées ces derniers jours, précise la police, qui ajoute que "toutes les personnes arrêtées ont reconnu les faits".
               La diffusion de la vidéo du viol collectif de la jeune fille avait soulevé de nombreuses protestations au Mali, dont celle de l'association malienne des droits de l'homme (AMDH).
               Avant l'annonce des autres cas, 13 associations, dont l'AMDH, ont annoncé qu'elles se portaient partie civile dans cette affaire.
               "L'adoption de la loi sur les violences basées sur le genre devient urgente et capitale pour mettre fin à la récurrence des violences sexuelles et d'autres formes de violences basées sur le genre", a déclaré le président de l'AMDH et porte-parole des 13 associations, Me Moctar Mariko, cité dans un communiqué.

Balises África  

Lire aussi