ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

18.11.2018 - dim. : 12'58 - Mise à jour 18.11.2018 - dim. : 12'58

Le design et les traditions ancestrales

Invité dans le cadre du pré-festival soul power ,dont la 5èm édition s’est tenue du 15 au 17 Novembre en République du Congo, la designer Marocaine Ghizlane Ouazzani a rendu hommage aux traditions des tisserands marocains et Ceux du royaume Kongo d’antan, en reliant la laine, matière favorite de ses créations, et le raphia, tissu principalement utilisé par les peuples du bassin du Congo depuis le XVI èm siècle, lit-on sur Africanews.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Grâce à son concept so wool, Ghizlane Ouazzani tente de tisser des liens avec la culture de cette terre congolaise qui l’a reçu pour une exposition riche en couleur.

“C’est la première fois que je teste le raphia, le raphia du Congo,c’est plus un challenge d’introduire ce fameux raphia à l’intérieur de la laine.” Confie-t-elle.
De la laine produit de son propre bétail, car les techniques de feutrage de la designer font appel aux matières cent pour-cent bio, pour rester toujours aussi proches des méthodes ancestrales des tisserands marocains. Parmi les ingrédients qui concourent à la réalisation de ses œuvres, figures en bonne place l’eau, le savon à l’huile d’olive, le tout couronné par des frottements qui créent la fibre.

Réunis en atelier au bord de l’océan atlantique à Pointe-Noire, en compagnie de quelques amis et apprentis du design, c’est de Coeur joie que Ouazzani a partagé tout ce savoir-faire, au grand bonheur des participants. Dans ce cadre détendu et agréable, même les enfants ont pris plaisir à s’y atteler.
Lors de son exposition à l’institut français de Pointe-Noire, le public a découvert l’air médusé, les œuvres textiles de Ouazzani qui habillent, subliment murs et sols.

Balises África  

Lire aussi
  • 05/02/2019 14:15:52

    Afrique: CAN U20 - Déclarations d'avant-match Burundi - Niger

    « C'est un match capital que nous devons jouer contre le Niger après avoir perdu lors de notre première sortie. Et dans ce sens, nous devons mettre toutes les chances de notre côté pour réussir un bon résultat. Une rencontre à ne pas perdre et même si avec un nul nous pouvons espérer, une victoire nous permettra d'être beaucoup plus en vie. Il n'y a pas de pression à notre niveau puisque nous sommes à une compétition où il y a trois matchs à jouer et après avoir été défait lors de la première rencontre, on peut toujours se rattraper sur les deux autres. Je ne prends pas beaucoup en considération le fait que nous jouons contre le pays organisateur mais, il s'agit de mettre toutes les chances de notre côté pour espérer avoir un bon résultat », lit - on sur Allafrica.

  • 05/02/2019 14:10:38

    Tchad: Raid français contre l'UFR - Deux versions s'affrontent

    L'intervention des Mirages 2000 français dans le nord-est du Tchad, dimanche, contre une colonne de la rébellion tchadienne, précisément de l'Union des forces de la résistance, marque un tournant inédit depuis dix ans., lit - on sur Allafrica

  • 05/02/2019 14:01:57

    Congo-Kinshasa: En RDC, le chef des renseignements se met en retrait

    En RDC, Kalev Mutondo sollicite une mise en disponibilité. C'est dans une lettre adressée au nouveau chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, que l'administrateur général de l'Agence nationale des renseignements a exprimé son souhait. Les motif seraient politique puisque Kalev Mutondo vise la tête du Lualaba, lit- on sur Allafrica.

  • 05/02/2019 13:57:26

    Somalie: L'AMISOM s'apprête à retirer 1000 soldats burundais du contingent

    Sous la pression des bailleurs, un plan de retrait de la force africaine en Somalie est en cours. La Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) avait déjà été une première fois réduite, en décembre 2017. Ce sont maintenant 1 000 militaires supplémentaires qui devront rentrer à Bujumbura, d'ici le 28 février, faisant passer les effectifs de l'AMISOM à environ 20 600 soldats, lit - on sur Allafrica.