ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

29.08.2018 - mer. : 16'31 - Mise à jour 29.08.2018 - mer. : 16'31

Élections en RDC : la validation de la candidature d'un condamné continue de faire débat

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) de RDC a déclaré ce mardi 28 août n’avoir pas été informée de ce que Frédéric Batumike a été condamné pour crimes contre l’humanité, viol sur mineures par la justice congolaise. Mais, l’affaire fait déjà mouche au sein de la société civile, lit-on sur Africanews.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

L’article 10 de la loi électorale de RDC stipule que nul ne peut être éligible s’il a été condamné par la justice pour crimes de guerre, crime de génocide et crimes contre l’humanité. Il concerne aussi que les personnes condamnées par un jugement irrévocable du chef de viol, d’exploitation illégale des ressources naturelles, de corruption, de détournement des deniers publics, d’assassinat, des tortures, de banqueroute et les faillis.

Or, relève le site Actualite.cd, Frédéric Batumike, membre d’un groupement politique allié du ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende a « été condamné en 2017 avec dix membres de sa milice dénommée + Jeshi la Yesu + ( Armée de Jésus), à la prison à vie pour crime contre l’humanité, viol sur des mineures âgées de 1 à 9 ans et assassinats ».

D’où vient-il que la CENI ait validé sa candidature aux législatives ? C’est en tout cas ce que des membres de la société civile disent ne pas comprendre.

Une décision que la CENI explique par une prétendue méconnaissance du casier judiciaire de Frédéric Batumike. « Pourquoi on affiche les résultats de l’enrôlement ? On affiche pour que ceux qui ont une information préjudiciable puisse l’apporter. Et nous, l’article 29 nous dit que, ceux qui en ont, autorités politico-administratives, les candidats, les témoins, les observateurs, les électeurs, j’ajoute les journalistes doivent dénoncer. Vous n’avez qu‘à prouver que Batumike dans Kabare est condamné pour viol, on évalue (…) quand le ministre de la Justice nous informe, les gens disent qu’il a donné les injonctions, nous saurons comment ? C’est par la dénonciation que la CENI est informée », a déclaré Jean-Pierre Kalamba, rapporteur de la CENI.

Balises RDCongo  

Lire aussi
  • 02/02/2019 13:43:10

    RDC : l'OMS assez "optimiste" sur le contrôle d'Ebola

    GENEVE (Xinhua) -- Six mois après le début de l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, les efforts pour enrayer la propagation du virus sont "encourageants", a déclaré vendredi à Genève Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Afrique.

  • 01/02/2019 20:29:16

    RDC : l'ONU salue la maturité du peuple après l'élection d'un nouveau président

    NEW YORK (Nations Unies) -- La Représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour la République démocratique du Congo (RDC), Leila Zerrougui, a salué la maturité du peuple congolais alors que le nouveau président Félix Thisekedi, élu à l'issue du scrutin présidentiel du 30 décembre 2018, a pris ses fonctions la semaine dernière, indique jeudi un communiqué de l'ONU.

  • 31/01/2019 16:29:47

    RDC : Yumbi reste une "ville fantôme" après les récents affrontements meurtriers (MONUSCO)

    NEW YORK (Nations Unies) -- Plus de deux mois après les violences interethniques qui ont fait au moins 535 morts parmi les habitants locaux, Yumbi, localité dans l'ouest-nord de la République démocratique du Congo (RDC), à la frontière avec la République du Congo, reste une "ville fantôme" où la situation est "étrange", a indiqué la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO).

  • 17/01/2019 18:56:22

    Au moins 890 personnes auraient été tuées dans des violences dans l'ouest de la RDC (HCDH)

    GENEVE (Xinhua) -- Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'Homme (HCDH) a annoncé mercredi que, selon des sources crédibles, au moins 890 personnes auraient été tuées entre le 16 et le 18 décembre dans la province de Mai-Ndombe, dans l'ouest de la République démocratique du Congo (RDC), dans ce qui semble avoir été des affrontements entre les communautés Banunu et Batende.