ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

10.09.2018 - lun. : 14'10 - Mise à jour 10.09.2018 - lun. : 14'10

Congo-Brazzaville: Grève à l'université de Brazzaville pour réclamer des arriérés de salaire

Au Congo-Brazzaville, huit mois après avoir levé leur dernière grève, les enseignants de l'université Marien Ngouabi ont lancé un nouveau mouvement pour réclamer notamment le paiement de six mois d'arriérés de salaires. Cette grève est la conséquence du non-aboutissement des négociations entamées avec le gouvernement, lit - on sur allAfrica.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Cette grève est effective ce lundi. Les portes des onze établissements de l'université publique : facultés, écoles et instituts seront hermétiquement fermés, perturbant ainsi les examens de fin d'année des étudiants, les inscriptions et concours pour les nouveaux bacheliers.

La grève a été déclenchée par l'intersyndicale de l'université Marien Ngouabi pour des raisons d'ordre social énumérées par son président, le professeur Gabriel Bissanga : « Nous demandons le paiement des arriérés de salaires : au 31 août 2018, les travailleurs de l'université Marien Ngouabi totalisent six mois de salaires impayés.

Nous demandons également le paiement des heures supplémentaires et complémentaires des années 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018. A cela, il faut ajouter les heures d'encadrement des thèses et mémoires.

Nous voulons aussi que le gouvernement s'engage à nous payer régulièrement les salaires. Si les fonctionnaires sont payés, nous également nous voulons être payés ».

Une source gouvernementale n'a pas souhaité donner des explications sur les arriérés de salaires accusés par les enseignants du supérieur. Mais, la situation serait liée à la crise économique que traverse le Congo depuis quelques années.

Balises África  

Lire aussi
  • 05/02/2019 14:15:52

    Afrique: CAN U20 - Déclarations d'avant-match Burundi - Niger

    « C'est un match capital que nous devons jouer contre le Niger après avoir perdu lors de notre première sortie. Et dans ce sens, nous devons mettre toutes les chances de notre côté pour réussir un bon résultat. Une rencontre à ne pas perdre et même si avec un nul nous pouvons espérer, une victoire nous permettra d'être beaucoup plus en vie. Il n'y a pas de pression à notre niveau puisque nous sommes à une compétition où il y a trois matchs à jouer et après avoir été défait lors de la première rencontre, on peut toujours se rattraper sur les deux autres. Je ne prends pas beaucoup en considération le fait que nous jouons contre le pays organisateur mais, il s'agit de mettre toutes les chances de notre côté pour espérer avoir un bon résultat », lit - on sur Allafrica.

  • 05/02/2019 14:10:38

    Tchad: Raid français contre l'UFR - Deux versions s'affrontent

    L'intervention des Mirages 2000 français dans le nord-est du Tchad, dimanche, contre une colonne de la rébellion tchadienne, précisément de l'Union des forces de la résistance, marque un tournant inédit depuis dix ans., lit - on sur Allafrica

  • 05/02/2019 14:01:57

    Congo-Kinshasa: En RDC, le chef des renseignements se met en retrait

    En RDC, Kalev Mutondo sollicite une mise en disponibilité. C'est dans une lettre adressée au nouveau chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, que l'administrateur général de l'Agence nationale des renseignements a exprimé son souhait. Les motif seraient politique puisque Kalev Mutondo vise la tête du Lualaba, lit- on sur Allafrica.

  • 05/02/2019 13:57:26

    Somalie: L'AMISOM s'apprête à retirer 1000 soldats burundais du contingent

    Sous la pression des bailleurs, un plan de retrait de la force africaine en Somalie est en cours. La Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) avait déjà été une première fois réduite, en décembre 2017. Ce sont maintenant 1 000 militaires supplémentaires qui devront rentrer à Bujumbura, d'ici le 28 février, faisant passer les effectifs de l'AMISOM à environ 20 600 soldats, lit - on sur Allafrica.