ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

27.01.2020 - lun. : 15'30 - Mise à jour 27.01.2020 - lun. : 15'30

Afrique de l'Ouest: Lutte contre le terrorisme - Le G5 change son fusil d'épaule... le Mali aussi

Les politiques ont décidé, aux militaires de rendre tout cela opérationnel. Après les sommets de Niamey et, surtout, de Pau où les Etats membres du G5 Sahel, avec le partenariat de la France et de la communauté internationale, ont décidé de revoir les stratégies de lutte contre le terrorisme, les chefs d'état-major des Armées se sont retrouvés à Ouagadougou ce week-end pour mettre tout cela en musique, pour ne pas dire en fanfare pour emprunter au jargon militaire. Il ressort de ce conseil de guerre d'importance la possibilité pour un bataillon de manœuvrer au-delà de ses frontières et le droit de poursuite, qui est passé de 50 à 100 kilomètres.Lit - on sur allAfrica

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Il faut espérer pour nos populations qu'en changeant quelque part son fusil d'épaule, la force commune, dont on attend désespérément qu'elle monte en puissance, parviendra en 2020 à faire véritablement reculer le péril terroriste, notamment dans la zone dite des trois-frontières (Mali, Niger Burkina) où sera concentré l'essentiel des effectifs. On espère aussi que la machine sera suffisamment bien huilée, et que les nouvelles dispositions n'entraîneront pas des fâcheries sur le terrain entre Etats (cas de bavure par exemple d'une armée sur le territoire d'un voisin) et que la solidarité, qui doit être la pierre angulaire de ce délicat échafaudage, sera à toute épreuve.

Vous avez dit solidarité ? Autant le G5 Sahel semble bander des muscles, autant le Mali semble de son côté vouloir jouer sa propre carte. Il est en effet question ces derniers temps du côté de Bamako de dialoguer avec les organisations terroristes qui ont fait main basse sur une bonne partie du territoire avant d'essaimer dans tout le Sahélistan. Les autorités maliennes n'en font d'ailleurs plus mystère, elles qui ont nommé pour ce faire un haut-représentant en la personne de Dioncounda Traoré, ancien président de la Transition.

Dans le principe, puisque les Etats n'ont pas disparu avec le G5 Sahel, on ne peut reprocher à un pays pris séparément d'expérimenter des solutions locales qu'il juge pertinentes pour venir à bout du problème. Depuis toujours, du reste, nombreux sont ces pays qui pactisent avec le diable en coulisses à défaut de pouvoir le vaincre militairement et qui s'asseyent avec lui autour d'une même table. Mais un Etat peut-il dîner avec le diable, fût-ce avec de longues fourches pour ne pas se salir, pendant que les quatre autres combattent « à la régulière » le même diable » sans que cela joue sur les éventuels pourparlers ?

Ensuite, avec qui discuter ? Avec Iyad ag Ghali, leader du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), et Amadou Koufa, le gourou du Front national de libération du Macina, a-t-on annoncé. Ils sont peut-être les plus représentatifs de la galaxie djihadiste, mais le hic est qu'ils sont loin d'être les seuls et peut-être pas les plus sanguinaires. De quelle autorité pourraient d'ailleurs se prévaloir les négociateurs de ces deux organisations terroristes d'autant plus qu'on sait qu'il y a une multitude de katibas et de cellules dormantes qui sont autant de succursales plus ou moins autonomes dans la multinationale indépendante ? Enfin, de quoi va-t-on discuter et peut-on ? De la charia et de l'instauration d'un califat dans des pays qui sont par définition laïcs si tant est que l'argument islamique soit le véritable souci de ces hordes qui s'en servent souvent autrement pour des desseins plus inavouables ?

Autant d'interrogations qui invitent donc sinon au scepticisme, du moins à la plus grande réserve sur les chances de réussite d'un tel dialogue, à supposer même qu'il se tienn

Balises África  

Lire aussi
  • 27/01/2020 15:37:11

    Burundi: Présidentielle - Pierre Nkurunziza met sur orbite Evariste Ndayishimiye

    Fin du faux suspense quant au candidat du Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD) à la présidentielle du 20 mai prochain : en effet, à la fin de trois jours de prières, le demi-millier de délégués du parti présidentiel n'a pas seulement fait des adieux anticipés à leur timonier, Pierre Nkurunziza, mais aussi officiellement annoncé que le général Evariste Ndayishimiye serait leur candidat pour lui succéder, lit - on sur allAfrica

  • 27/01/2020 15:25:28

    Guinée Equatoriale: Le textile africain célébré dans toute sa diversité à Malabo

    Le vice-Premier ministre Alfonso Nsue MOKUY en charge des droits humains, représentant le Président de la République, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a salué la tenue de ce salon dans son pays, lit - on sur allAfrica

  • 27/01/2020 15:21:02

    Rwanda: Détention abusive d'enfants des rues

    Genève — Les autorités rwandaises cherchent à officialiser les arrestations et détentions abusives de certains des enfants les plus vulnérables du pays sous prétexte de les réhabiliter, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hu, lit - on sur allAfrica