ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

09.02.2020 - dim. : 14'01 - Mise à jour 09.02.2020 - dim. : 14'01

Sommet de l'UA : une volonté réitérée de "faire taire les armes" en Afrique

Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Union africaine (UA), réunis de dimanche à lundi à Addis-Abeba, entendent peser davantage dans la médiation des nombreux conflits armés qui déchirent le continent, en dépit des échecs passés, lit-on sur Africanews.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Ce sommet annuel de l’organisation panafricaine, qui a pour thème “Faire taire les armes”, s’est ouvert dimanche matin sur un constat amer : l‘échec de l’engagement pris par l’UA en 2013 de “mettre un terme à toutes les guerres en Afrique d’ici à 2020”.

En amont du sommet, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, a d’ailleurs dressé un portrait peu flatteur de la situation du continent, du Sahel à la Somalie, estimant que le temps écoulé depuis 2013 a davantage permis de mettre en lumière “la complexité de la problématique sécuritaire en Afrique” que de résoudre les conflits.

Après plusieurs sommets lors desquels les réformes de l’UA – notamment son financement – et la mise en place de mesures telles que la Zone de libre-échange continentale ont occupé le devant de la scène, les débats se concentreront sur les conflits dont l’Afrique est le théâtre, Libye et Soudan du Sud en tête.

Les problématiques sont diverses, allant du terrorisme aux contestations post-électorales, et les conflits sont nombreux : si des progrès ont été enregistrés dernièrement en Centrafrique ou au Soudan, de nouvelles crises sont nées, du Cameroun au Mozambique.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui prendra la tête de l’UA pour un an dimanche, succédant à l’Egyptien Abdel Fattah al-Sissi, a reconnu fin janvier l’ampleur de la tâche qui attend l’UA, rappelant que les conflits continuent de “limiter” le développement de l’Afrique.

Pour M. Faki, il s’agit désormais de “nous questionner sur les causes profondes” des conflits, et y apporter “des solutions innovantes qui relativisent la solution militaire en l’assortissant de mesures relevant d’autres registres, notamment le développement”.

Balises África  

Lire aussi