ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Environnement

06.12.2018 - jeu. : 15'48 - Mise à jour 06.12.2018 - jeu. : 15'49

Les parcs de Mupa et de Cameia manquent d'infrastructures

Luanda - Les parcs nationaux de Mupa et de Cameia, situés respectivement dans les provinces de Cunene et de Moxico, présentent des faiblesses en termes d'infrastructures d'appui au fonctionnement des sites naturels en question dans le pays.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Parc National de Cameia

Photo: Liliana Ramos Lisa

Les parcs ont peu d'infrastructures administratives, notamment le noyau de la gestion, un nombre réduit de surveillants, de véhicules et d'équipements.

Le directeur général de l'Institut national de biodiversité et zones de conservation (INBAC), Aristófanes Pontes, qui s'adressait à la presse à la fin de la Conférence internationale sur les réserves et les parcs, a déclaré que pour changer le scénario, l'Exécutif encourage les actions de relance des zones de conservation, tant les parcs nationaux que les réserves, dont certaines sont à un stade avancé en termes de structures administratives.

Sans augmenter le nombre de surveillants répartis dans chacune des 14 zones nationales de conservation, le responsable souligne par contre la nécessité de cinq mille agents.

Selon Aristophanes Pontes, chaque parc a besoin d’un maximum de 500 employés, en raison de sa taille.

Ce sont neuf parcs nationaux, un parc régional et quatre réserves complètes et partielles.

Le directeur général a révélé qu'il existait un protocole avec des entités étrangères, qui apparait à travers certains projets, avec des modèles de gestion publique, privée et publique-privée.

À cet effet, sont mis à jour les instruments juridiques, afin de pouvoir diriger ce type de gestion, pour savoir comment gérer les parcs.

En ce qui concerne l’invasion des périmètres des parcs et des réserves naturelles, le responsable confirme l’existence de cas de communautés à l’intérieur et à l’extérieur des zones de conservation, compte tenu de la situation en Angola, bien qu’il soit anormal pour de tels endroits.

Pour couvrir de telles situations, il est nécessaire de mener des campagnes de sensibilisation et des politiques visant à associer cette population à la gestion des zones, au travail d'éducation environnementale, à la formation des communautés et à la fourniture d'équipements afin de changer ces habitudes négatives.

Balises Angola  

Lire aussi
  • 11/12/2018 14:50:15

    Le pays prépare un cadre national de biosécurité

    Luanda - Le pays prépare le cadre national de biosécurité pour l'application du Protocole de Cartagena sur la conservation de la biodiversité, a annoncé mardi à Luanda le directeur national de la biodiversité, Nascimento António.

  • 06/12/2018 17:10:36

    Les parcs contribuent au développement socio-économique du pays - Ministre d'État

    Luanda - Les zones de conservation sont essentielles pour la fourniture de biens et services éco-systémiques importants pour la santé publique et le développement socio-économique, a déclaré le ministre d'Etat chargé du Développement économique et social, Manuel Nunes Júnior.

  • 30/11/2018 19:10:05

    Auscultation du Plan de gestion du parc national de Cangandala

    Luanda - Améliorer les mécanismes de gestion de la biodiversité existants au Parc National de Cangandala dans la province de Malanje (nord) visant son renforcement et expansion constitue un des principaux objectifs de l'Institut National de Biodiversité et Zones de Conservation (INBAC).