ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Environnement

09.03.2018 - ven. : 18'09 - Mise à jour 09.03.2018 - ven. : 18'09

Luanda produit six mille tonnes de déchets par jour

Luanda - Six mille tonnes de déchets sont déposées chaque jour à la décharge publique de Munlevos, à Luanda, a déclaré vendredi la ministre de l'Environnement, Paula Coelho.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

1 / 1

Paula Coelho - Ministre de l'Environnement

Photo: Lino Guimarães

Luanda produit beaucoup d'ordures

Photo: Pedro Parente

            Dans une interview accordée au quotidien Jornal de Angola, la ministre  a souligné que la quantité d'ordures produites par Luanda était d’environ 0,65 kilos jour par personne, ce qui la rend insoutenable parce que la province n'a qu'une décharge.

          "Nous n'avons actuellement que la décharge de Munlevos, qui est déjà insuffisante, pour la grande quantité de déchets qui augmente chaque jour", a-t-elle dit.

          Face à ce problème, a-t-elle ajouté, une commission a été créée pour analyser la situation, ayant déjà identifié deux sites pour la construction de nouvelles décharges, l'une au sud et l'autre au nord de Luanda.

         Cependant, Paula Coelho a fait savoir que des actions de sensibilisation des citoyens et d’entreprises au recyclage des déchets étaient menées à Luanda.

         «Nous réalisons des travaux spécifiques, qui consistent au recyclage du carton, des bouteilles en plastique et en verre, des boîtes, des carcasses, de matières organiques, entre autres. Il existe déjà des entreprises et des coopératives impliquées dans ce type de travail, qui consiste à récupérer les déchets", a-t-elle déclaré.

          En ce qui concerne l'assainissement de base, la ministre de l’Environnement a souligné qu'il représentait un sérieux problème pour les citoyens et pour le pays lui-même, étant donné le manque d'une série d'infrastructures de pointe pour le traitement correct des déchets.

          Elle a souligné que le mot même «assainissement» impliquait de nettoyer l'environnement, ainsi qu’une convergence active entre les mesures mises en œuvre par l'exécutif et le respect des normes établies par les citoyens en général.

          Toujours sur la question de l'environnement, la ministre a précisé que le volet assainissement était complexe, car il fait référence à l'approvisionnement en eau de qualité, à l'existence d'un bon système de drainage des eaux usées et de pluie, la pratique d’une bonne gestion des déchets et des habitudes durables par la population.

           "En ce moment, beaucoup de ces facteurs ne sont pas pris en charge à 100%, ce qui est évident dans notre société, en raison de l'apparition de maladies telles que le choléra, le paludisme, les parasitoses, entre autres".

Balises Environnement  

Lire aussi