ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Environnement

08.08.2018 - mer. : 17'52 - Mise à jour 08.08.2018 - mer. : 17'52

La lutte contre les crimes environnementaux nécessite une coopération

Luanda - La coopération interinstitutionnelle est essentielle pour le développement de politiques de lutte contre les crimes environnementaux, a déclaré mercredi à Luanda, le coordinateur de l?ONU et représentant du PNUD en Angola, Paolo Balladelli.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Paolo Balladelli, représentant de l'ONU en Angola

Photo: Clemente dos Santos

Selon le responsable onusien, qui intervenait à l'atelier sur la « Méthodologie d'évaluation institutionnelle du consortium international sur le combat aux crimes contre la faune et des forêts (ICCWC) en Angola », la coopération interinstitutionnelle est importante pour lutter contre la criminalité au niveau national et international et facilite le renforcement du cadre juridique et du respect de la légalité.

Il a ajouté que les partenariats interinstitutionnels aident en termes de fonctionnement et de développement des ressources humaines dans les différents domaines de travail dans le secteur de l’environnement.

« Les crimes contre la vie sauvage font aujourd’hui partie des formes les plus inquiétantes de la criminalité internationale, en raison des grandes quantités d'argent en jeu, des liens avec d'autres formes de criminalité internationale et l'impact sur la vie sauvage qui peut impliquer l'extinction d’espèces et de genres de faune et

Paolo Balladelli a également souligné que la grande importance de la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages est reconnue internationalement par les Nations Unies et les gouvernements du monde à travers diverses initiatives.

Le responsable a mis en relief l'importance de l’atelier précisant qu’il visait à évaluer la capacité institutionnelle de l'Angola pour combattre les crimes contre la faune et les forêts, les lacunes dans la législation en vigueur et dans la capacité de la mettre en œuvre.

Promu par le ministère de l'Environnement, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), l'atelier a réuni des représentants d'organisations gouvernementales et non gouvernementales impliquées dans la mise en œuvre de la loi de crimes contre la vie sauvage.

L'événement visait également à présenter les outils de l’ICCWC IF et l'évaluation expresse de la législation actuelle sur la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts et sur l'état de l'application de la loi.

Balises Environnement   Fauna   Flora  

Lire aussi