ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Environnement

30.08.2018 - jeu. : 15'00 - Mise à jour 30.08.2018 - jeu. : 15'01

La plage de Mabunda nécessité une étude sanitaire

Luanda - L'eau de la plage de Mabunda, dans la baie de Corimba à Luanda, doit être étudiée pour déterminer son état de salubrité, a averti le directeur national de l'environnement, Nascimento Soares.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Marché de Mabunda en état précaire, avant son transfert (photo archive)

Photo: Henri Celso

Soares Nascimento, qui parlait à l'Angop, au sujet des allégations, en juillet dernier, sur les cas de choléra sur le site, a souligné la nécessité de l'étude pour déterminer le périmètre (terre et eau) exempt de micro pathogène, en particulier Vibrion colérique.

En raison de la situation, les autorités sanitaires ont interdit toute activité de pêche commerciale de poissons dans le local ce même mois, étant constaté que les poissons étaient préparés dans des conditions d'hygiène anormales.

Toutes les activités de déchargement de poisson en vrac ont été transférées au port de pêche de Luanda, entre Boavista et la Forteresse de São Pedro da Barra, tandis que la revente du poisson a lieu sur un marché inauguré le 23 novembre 2017, avec la capacité de plus de mille travailleurs.

En dépit de ces mesures, le directeur estime que le problème n’est pas résolu pour la communauté, car sur place, on trouve un fossé de drainage qui draine les eaux usées avec tous les types de débris de plusieurs points de Luanda.

Selon lui, le niveau élevé de déchets dans les fossés de drainage de Mabunda, qui ne bénéficient d'aucun traitement, fait du site un endroit idéal pour la propagation du choléra, du paludisme et d'autres maladies.

La situation s’aggrave, selon le directeur, avec le fait que sur la plage locale, il y a des bateaux désactivés, qui servent d’habitations à certains pêcheurs, déféquant en plein air.

Etant un espace de grande circulation des personnes, sans conditions de défécation, il oblige la population à faire ses besoins en plein air, ce qui augmente le risque de contagion de l’eau et du sol.

Il a rappelé que le ministère de l'Environnement avait déjà soumis des propositions impliquant diverses parties prenantes pour améliorer l'assainissement du local, y compris des campagnes de masse et de construction de latrines.

Le responsable a conclu que la situation de Mabunda démontre la nécessité d'un plan de gestion des déchets plus actifs sur les marchés et les plages où il y a des hauts tas d'ordures avec les tripes de poisson, boîtes, plastiques et autres débris qui endommagent aussi le sol et polluent l'air.

Balises Environnement   Poluição   Saúde  

Lire aussi