ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Science et la Technologie

14.02.2020 - ven. : 09'38 - Mise à jour 14.02.2020 - ven. : 09'38

Moins de 30% des chercheurs sont des femmes - Unesco

Luanda - Moins de 30% des chercheurs du monde entier sont des femmes, a révélé jeudi, à Luanda, le secrétaire permanent de la Commission nationale pour l'Unesco en Angola, Alexandre Sousa Costa.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Mulheres reunidas em workshop (Arquivo)

Photo: Alberto Juliao

Intervenant lors de l'atelier sur «Les défis pour les femmes dans les sciences», à l'occasion de la Journée internationale des femmes et des filles dans les sciences et la radio, il a informé qu'elles étaient, en règle générale, dédiées à la science et à l'ingénierie, étant celles qui publient moins et recueillent moins les fruits de leurs recherches.

Alexandre Sousa Costa est d'avis que les travaux de recherche «innovants» réalisés par des femmes, n'avancent pas autant que ceux développés par les hommes.

Il a expliqué qu'en Angola, le niveau de la recherche scientifique était faible en raison du faible investissement consentis dans le secteur, tout en reconnaissant que le Ministère de l'Enseignement supérieur, des sciences, de la technologie et de l'innovation menait des initiatives visant à accroître le financement de la recherche.

Pour le secrétaire permanent de l'Unesco, il est nécessaire que chaque Etat finance des programmes de recherche scientifique, en fonction de sa réalité, de ses capacités et de ses stratégies, définissant ainsi la voie à suivre.

Le responsable a affirmé que la recherche scientifique suivait l'indice de développement économique d'un pays.

Des sujets tels que "Chimie et femmes", "Surveillance des cultures avec des données d'observation spéciale pour estimer les besoins en irrigation" et "Relation des roches dans la composition chimique de l'eau et son influence sur la santé", ont été discutés lors de l'atelier.

Les festivités de la Journée internationale des femmes et des filles dans les sciences et la radio, célébrée le 11 février, sont dirigées par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) et par ONU Femmes, en collaboration avec les institutions et les partenaires de la société civile qui promeuvent l'accès et la participation des femmes et des filles à la science.

La date a été instituée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 22 décembre 2015, par la résolution A / RES / 70/212, pour promouvoir un accès intégral et égalitaire de la participation des femmes et des filles à la science.

Lire aussi