ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Économie

15.02.2019 - ven. : 17'13 - Mise à jour 15.02.2019 - ven. : 17'53

L'économie angolaise pourrait avoir subi une récession de l'ordre de 1,7% en 2018

Benguela - L'économie angolaise pourrait avoir subi une variation négative de son PIB de 1,7% en 2018, principalement en raison de l'influence de la performance de la production de pétrole brut et de gaz naturel, a déclaré vendredi, à Benguela, le ministre de l'Economie et du Plan, Pedro Luís da Fonseca.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Pedro Luís da Fonseca, Ministre de l'Economie et du Plan

Photo: Clemente dos Santos

Selon le responsable, qui s'exprimait à l'ouverture de la conférence sur la diffusion des mesures prises par l'exécutif pour mettre en œuvre le programme PRODESI, bien que des informations statistiques sur le comportement de l'activité économique en 2018 ne soient pas encore disponibles, le gouvernement est pleinement conscient du fait que les résultats n'étaient pas comme on s’attendait.

En fait, a-t-il poursuivi, après 2016 et 2017, les taux de croissance négative du PIB, de l'ordre de 2,6% et 0,1%, respectivement, on prévoit que l'économie angolaise ait subi une nouvelle récession en 2018


De même, il a estimé que la réalité avait montré que les gains du processus de croissance basé principalement sur les revenus pétroliers et la prédominance du secteur public dans l'économie s'étaient épuisés.


Pedro Luís da Fonseca a estimé que ce cadre imposait un modèle économique plus apte à stimuler le marché et l'initiative privée, dûment reflété dans les documents de stratégie et de politique économique, tels que le Plan de développement national 2018-2022 et le PRODESI.

"Le gouvernement a mis en œuvre des réformes visant à repositionner le rôle de l'État dans le développement économique, en lui remettant les fonctions de coordination, de réglementation et de surveillance", a-t-il souligné.


En fait, a-t-il souligné, la proposition d'accélération de l'économie nationale comprend initialement 54 produits sélectionnés, dont 13 appartiennent au panier de base.

Selon lui, la sélection de ces produits a pris en compte l'opinion des entrepreneurs concernant la capacité de production nationale et dont l’écart entre potentiel et l’effectif peut être réduit grâce aux mesures prévues dans le programme.


Le ministre a souligné que les diagnostics effectués pour préparer le Programme d'appui à la production, à la diversification des exportations et à la substitution des importations (PRODESI) ont permis de déterminer les causes des performances médiocres et de la compétitivité réduite de l'économie nationale.

Celles-ci comprenaient les déséquilibres macroéconomiques, les mauvaises infrastructures de soutien à la production, les capacités de production limitées, la faible productivité et la faible capacité de gestion des entreprises, le faible niveau d'intégration des intrants nationaux, l’environnement des affaires difficile, le difficile accès au crédit, les procédures commerciales compliquées, entre autres.

En ce qui concerne les déséquilibres macro-économiques, Pedro Luís da Fonseca a dit que l'exécutif se positionnait avec la mise en œuvre du programme de stabilisation macroéconomique et les résultats étaient encourageants, en particulier le taux d'inflation a passé de 23,7 à 18, 6 pour cent en 2018.


Concernant les mesures visant à améliorer l'environnement des affaires, dans le but de stimuler l'investissement privé et d'accélérer la croissance économique, le ministre a évoqué l'approbation de la nouvelle loi de l'investissement privé qui est plus libérale, donnant plus d’espace d’intervention à l’initiative privée et incite davantage les entrepreneurs à utiliser leur épargne ou à prendre les risques liés à la conclusion d’un financement bancaire.


Une centaine d'hommes d'affaires de Benguela participent à la conférence sur les mesures visant à soutenir l'augmentation de la production nationale, divisée en deux panels, le premier traitant de l'amélioration de l'environnement des affaires et de la concurrence, le second soutenant la production et la diversification des exportations.


Les conférenciers sont des experts de divers départements ministériels, notamment les finances, la justice et des droits de l'homme, du commerce, de l’aménagement du territoire et de l’habitation, de l'intérieur, de l'énergie et de l'eau, la construction et les travaux publics, l'environnement, la santé, l'économie et plan, l'agriculture, la sylviculture, la pêche, l'industrie, entre autres.


Les gouverneurs, les secrétaires d'État, le gouverneur de la province de Benguela (hôte) et d'autres invités ont également assisté à la cérémonie d'ouverture.

Lire aussi
  • 08/02/2019 19:05:51

    SADC: Le sous-comité préconise l'harmonisation des politiques

    Benguela (ANGOP) - La onzième réunion du sous-comité des marchés financiers pour les banques centrales des pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) a recommandé vendredi, dans la province de Benguela, la nécessité d'une plus grande harmonisation des politiques dans ce domaine, en vue d’une intégration économique régionale rapide.

  • 08/02/2019 13:22:38

    Angola : Les banques centrales de la SADC abordent le système financier régional

    Benguela (Angop) - Les dirigeants de 13 banques centrales des pays membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), sauf la RDC, se réunissent à partir de ce vendredi à Benguela pour débattre des questions liées au développement du système des marchés financiers de cette sous-région continentale.

  • 30/01/2019 12:48:11

    Des agents économiques informés du programme national de soutien à la production nationale

    Ganda - La classe affaires de la municipalité de Ganda, dans la province de Benguela, a été informée mardi des lignes directrices en matière de soutien à la production nationale, d'enregistrement des producteurs, de leur localisation et des espèces de produits à produire, ainsi que du personnel impliqués dans le processus.