ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Économie

13.03.2019 - mer. : 15'18 - Mise à jour 13.03.2019 - mer. : 15'18

Des titres seront des instruments de financement alternatifs aux entreprises

Luanda - Les entreprises publiques sélectionnées pour la privatisation auront comme alternatif pour leur financement des titres de valeur mobilière de participation (actions), a déclaré mercredi, à Luanda, directeur du département de la politique réglementaire et des normes de la Commission du marché des capitaux (CMC), Herlânder Diogo.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Selon le responsable qui parlait lors d'une séance de consultation publique, dans le cadre de l'avant-projet de décret législatif présidentiel sur les titres de participation, avec la vente de titres, les sociétés seront financièrement plus stables avant le processus de transition.

Les actions (titres de participation) sont essentiellement des titres perpétuels donnant droit à une rémunération avec deux variables, une fixe et l’autre variable.

Herlânder Diogo a dit que la vente d'actions de sociétés et leur ouverture conséquente à la participation d'autres personnes rendent la gestion financière plus solide et plus sûre que celle d'un actionnaire unique.

D'autre part, il a indiqué que les obligations garantiraient également une collecte de recettes plus élevée.

À cet effet, la phase de discussion de la proposition de loi est en cours. Elle a débuté le 11 février et se poursuivra jusqu'au 23 mars.

Les sociétés publiques et à capitaux publics pourront détenir des titres car ils seront attribués au marché, bénéficiant ainsi des revenus que les titres pourraient offrir.

Les porteurs disposeront de certains droits égaux à ceux des actionnaires, tels que la possibilité de participer aux réunions des assemblées générales et de prendre connaissance du processus de gestion.

L'émission de titres sera basée sur la valeur de chaque société.

Le Plan de privatisation préparé par le gouvernement angolais concerne des entreprises des secteurs des télécommunications, du pétrole, des banques, des assurances et de l'agriculture.

Le programme, qui doit être organisé avec la Commission des marchés de capitaux et l'Institut de gestion des actifs et participations (IGAPE), devrait être mis en œuvre entre 2019 et 2021, mais par phases.

Le Plan national de développement angolais prévoit la liquidation des entreprises d'État non viables jusqu'en 2019, la privatisation d'au moins 20 entreprises d'État non stratégiques et la vente de participations jusqu'en 2022.

Le programme prévoit la fermeture des sociétés d'État en situation d'insolvabilité et la privatisation de 126 autres sociétés, dont 52 participations de la pétrolière Sonangol dans des zones non pétrolières et 10% de la compagnie aérienne angolaise TAAG.

Balises Économie  

Lire aussi