ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Économie

26.09.2019 - jeu. : 17'28 - Mise à jour 26.09.2019 - jeu. : 17'28

Le barrage de Cambambe reprend sa pleine production

Dondo - Le barrage de Cambambe, situé dans la municipalité du même nom, province de Cuanza Norte, a repris sa production mercredi à sa puissance maximale (960 MW), avec la mise en service de la centrale, après plus de 30 jours de fonctionnement conditionné, en raison d'injection de coulis de ciment dans les rencontres de chute d'eau du même barrage.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Kwanza-Norte: Barrage de Cambambe

Photo: Pedro Parente

L'intervention visait à corriger les fissures résultant du processus de rehaussement de la chute, qui a eu lieu de 2009 à 2017, injectant une masse bitumineuse dans 24 joints, à travers 117 trous ouverts dans les structures, afin de garantir la robustesse et la durabilité de l'infrastructureen béton armé.

Avec la fin des travaux, qui ont débuté en août dernier, le complexe hydroélectrique a repris la production d’électricité à sa capacité installée estimée à 960 mégawatts (MW).

Le représentant du Bureau de développement du Moyen Kwanza (GAMEK), dans le projet, Alberto Carneiro, a déclaré que l'intervention marquait la fin du processus de construction du barrage de Cambambe, conçu pour être construit en deux phases.

Il a estimé qu'il s'agissait d'un processus normal pour l'unification des différents blocs de béton dans la construction par phases, en raison de la composition du mortier, des conditions météorologiques et de la pression de l'eau du moment.

Le responsable a précisé que l'achèvement des travaux avait également permis le remplacement des niveaux du réservoir de six kilomètres carrés et d'un quota de 130 mètres d’altitude.

L'opération de 35 jours a forcé le réservoir à être déchargé à un quota de 100 mètres et à la fermeture consécutive de la centrale II, qui a débuté le même jour avec le premier des quatre groupes électrogènes de 175 MW/chacun.

Pendant la durée des travaux, la production d’électricité dans ce projet électrique était garantie par la centrale I, qui dispose également de quatre groupes électrogènes de 65 MW chacun, ce qui a entraîné des restrictions de l’alimentation en énergie au niveau du système Nord du pays.

Les groupes électrogènes restants seront mis en service progressivement, en fonction des besoins de consommation, a-t-il précisé.

Le secrétaire d’État à l’Énergie, António Belsa da Costa, qui a visité le barrage de Cambambe, a pris note du redémarrage de la production d’énergie de la centrale II.

La première phase de construction de l’infrastructure, qui a été inaugurée en 1963, a débuté en 1958 et achevé en 1972.

Le barrage avait été conçu à l’origine pour accueillir quatre turbines d’une puissance installée de 65 MW et d’une capacité de production de 45 MW seulement, en raison des contraintes imposées par la chute, qui ne faisait que 100 mètres de haut.

En 2009, le processus de réhabilitation et d’agrandissement du projet hydroélectrique a débuté. Les travaux ont été réalisés en trois phases, notamment l’élévation (de 100 à 132 mètres), la modernisation de l’ancienne centrale et la construction de la centrale numéro deux, augmentant ainsi la capacité de production à 65 MW par turbine.

La deuxième centrale du barrage de Cambambe, dotée de quatre turbines d'une capacité de 175 MW chacune, a été inaugurée en 2017, portant ainsi la capacité installée à 960 mégawatts.

Lire aussi