ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Économie

04.09.2020 - ven. : 11'09 - Mise à jour 04.09.2020 - ven. : 11'09

L'Angola pourrait être autosuffisant en viande bovine - Éleveur

Benguela (Angola) - L'éleveur de bovins, Adelino Cayove, dans la commune de Catengue, municipalité de Caimbambo, province de Benguela, a déclaré jeudi que l'Angola est en mesure de devenir autosuffisant en production de viande en moins de cinq ans, une fois augmenté le soutien aux entrepreneurs.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Benguela: Eleveur Adelino Cayove

Photo: Carlos Benedito

S'adressant à la presse, dans la commune de Catengue, Adelino Cayove a dit que si des lignes de crédit spécifiques sont ouvertes pour les grands éleveurs, afin de mieux préparer leurs fermes, avec des divisions appropriées du bétail, de l'eau courante, une production de pâturages abondante et garantie de l'assistance des techniciens vétérinaires, dans moins de cinq ans, le pays cesserait d'importer de la viande.

"Le bétail destiné à l'abattage, en particulier de race croisée, est prêt dans deux ans", a-t-il indiqué.

L'éleveur a rappelé qu'avant 1975, le Brésil importait de la viande d'Angola et est aujourd'hui l'un des plus grands producteurs au monde.

«Le bœuf quittait Caimbambo pour Lobito puis pour le Brésil, je l'ai encore vu au début des années 70», a-t-il ajouté.

L'éleveur de bétail a informé que seule la région de Catengue possède un cheptel bovin de plus de 150 000 têtes, dont 1 300 sont actuellement sur sa ferme de 900 hectares.

Selon lui, le plus difficile est d'acquérir de l'eau pour le bétail, car la région de Catengue est très sèche et la rivière la plus proche est à sept kilomètres de votre ferme.

«Chaque jour, je dois transporter environ 25 000 litres du précieux liquide pour les animaux dans une camionnette, 15 000 étant consommés chaque jour», a-t-il expliqué.

"Nous avons un forage de plus de 100 mètres de profondeur, mais malheureusement il n'a pas d'eau", a-t-il déploré.

Pour inverser cette situation, a-t-il émis, il suffit seulement d’octroyer un crédit bancaire. Cependant, Adelino Cayove a souligné qu'il avait déjà recouru à certaines institutions bancaires, mais qu'il n'avait pas encore obtenu le crédit souhaité, car "ils n'acceptent pas les animaux en garantie", a-t-il souligné.

«Avec un crédit de 400 000 dollars, j'ai pu doubler le nombre d'animaux en deux ans, mais jusqu'à présent aucune banque ne m'a encore accordé», a-t-il indiqué.

D’autre part, il a demandé une plus grande diffusion auprès des créateurs, du Programme d'Appui à la Production, de Diversification des Exportations et de Substitution des Importations (PRODESI), d'Aide Economique, entre autres, d'initiative gouvernementale, afin qu'ils soient conscients de ses bénéfices.

Lire aussi
  • 20/08/2020 13:58:52

    La criée de Baía Farta fonctionnera dans trois mois - Ministre

    Benguela - La criée de Baía Farta, la première et la seule dans la province côtière de Benguela, sera inaugurée d'ici trois mois, a annoncé mercredi, dans ce district, le titulaire de l'Agriculture et de la Pêche, António Francisco de Assis.

  • 20/08/2020 12:46:03

    Des salines de "Calombolo" prévoient de produire 150 000 tonnes

    Benguela (Angola) - Les salines Calombolo, situées dans la région de Chamume, municipalité de Baía Farta, devraient atteindre cette année une production de 150 mille tonnes de sel brut, contre 120 mille en 2019, a déclaré son propriétaire, Adérito Areias.

  • 20/08/2020 11:31:53

    Le chinchard d'"Olutorsky" attend les bénéficiaires

    Benguela (Angola) - Les 1200 tonnes de chinchard saisies en juillet dernier, sur le navire ukrainien Olutorsky, dans la province de Benguela, sont déposées dans la pêcherie d'Iemanjá, dans la commune de Baía Farta, en attendant l'arrivée des bénéficiaires pour entamer le processus de distribution, a informé mercredi, le ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Francisco de Assis.