ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

15.09.2009 - mar. : 08'00 - Mise à jour 15.09.2009 - mar. : 08'00

Le pays du goulasch fait ses premiers pas en gastronomie fine

Hongrie

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Budapest - La Hongrie, connue dans le monde entier comme le pays du goulasch, tente depuis peu sa chance dans un genre nouveau, la gastronomie fine, grâce à un groupe de chefs innovateurs mais qui ont surtout trouvé l'inspiration à l'étranger.


"Il y a un fossé géant entre où nous nous trouvons et où nous croyons être en matière de cuisine", explique Tamas B. Molnar, directeur de l'Association hongroise gastronomique (MGT), un groupe de chefs, de critiques gastronomiques et de vedettes décidés à réformer profondément la culture gastronomique magyare.


La majorité des Hongrois croient, comme cinq personnes sur six interrogées par l'AFP au centre de Budapest, que le poulet-paprika et le ragoût de boeuf appelé goulasch sont depuis des décennies au zénith de la cuisine internationale.


Mais la triste réalité est qu'on manque d'ingrédients de qualité, de clients connaisseurs et de chefs innovateurs, selon Tamas B. Molnar: "Même le grand chef français Paul Bocuse a besoin d'ingrédients de qualité", souligne-t-il en notant que les chefs hongrois exigeants ne peuvent les trouver qu'en dehors des frontières du pays.


"Les légumes et jusqu'à 90% de la viande viennent de l'étranger", selon Viktor Segal, 41 ans, chef cuisinier du Stand Bistro, un établissement à la mode dans le centre de la capitale. Lui-même s'est fait la main durant treize ans dans des restaurants de haut niveau en France, à Lyon et Paris, avant de revenir à Budapest en 2004.