ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

23.01.2010 - sam. : 11'23 - Mise à jour 23.01.2010 - sam. : 11'23

les domestiques victimes d'abus contre-attaquent

Liban

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

     Beyrouth - Battues, humiliées, voire privées de nourriture, des domestiques étrangères au Liban osent peu à peu faire entendre leur voix en recourant à la justice locale, décrochant même de rares victoires. Si beaucoup sont bien traitées, d'autres sont des "esclaves", si bien que l'Ethiopie, les Philippines et Madagascar ont interdit à leurs ressortissants de travailler au pays du Cèdre.


     Nanda, une Sri-lankaise arrivée en 2009, a pris son courage à deux mains récemment et porté plainte contre un responsable de son agence de placement qui l'avait battu.


     "Durant mes deux premiers mois, ma patronne ne me donnait à manger qu'une tranche de pain par jour et parfois des restes. J'avais tout le temps faim", raconte-t-elle à l'AFP. "Elle me disait +tu es grosse, il ne faut pas que tu manges trop+", se rappelle cette brune de 22 ans, hébergée par l'association Caritas-Liban, dont le "Centre de migrants" s'occupe des domestiques victimes
d'abus, des réfugiés et des demandeurs d'asile.


     Comme la plupart des quelque 200.000 domestiques étrangères employées au Liban, Nanda s'est vu confisquer son passeport pour travailler sept jours sur sept.


     "Je travaillais de 05H30 à minuit, sans rémunération", lâche-t-elle, alors que son contrat de travail stipulait huit heures de travail hebdomadaire et un salaire moyen mensuel de 180 dollars. "Je n'ai jamais pu appeler ma famille", ajoute cette mère d'une fillette de huit ans, laissée avec son mari soldat au Sri Lanka.


    Elle était aussi frappée par les enfants de sa patronne, âgés de 6 et 12 ans, quand elle ne cédait pas à leurs caprices.