ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

02.06.2010 - mer. : 09'09 - Mise à jour 02.06.2010 - mer. : 09'09

Le difficile retour des réfugiés serbes à Zac, au Kosovo

Kosovo

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Zac (Kosovo) - Lassés de leur vie de réfugiés en Serbie, vingt-six Serbes ont décidé de leur propre chef de regagner récemment leur village de Zac, au Kosovo, qu'ils avaient fui il y a onze ans, déterminés à surmonter les difficultés et la forte défiance de la population albanaise kosovare.


"Nous rêvions toutes ces années de revenir. Et un jour, nous avons tout simplement décidé de faire nos valises et de retourner dans notre village", résume pour l'AFP Dragan Paralovic, 52 ans.


L'homme réside pour l'instant dans une tente du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) des Nations unies installée face aux restes calcinés de ce qui fut sa demeure à Zac, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Pristina.


Dragan Paralovic et ses compagnons expliquent qu'ils n'en pouvaient plus d'attendre après onze ans de "souffrances" dans les centres de réfugiés en Serbie, où ils ont atterri après avoir fui le Kosovo.


Plusieurs dizaines de milliers de Serbes kosovars ont pris le chemin de la Serbie après le conflit de 1998-1999 et seuls quelque 12.000 sont revenus à ce jour. Le Kosovo a proclamé son indépendance de la Serbie en février 2008.


Les conditions de vie sont des plus précaires à Zac. Dragan Paralovic et ses amis doivent se contenter de boîtes de conserve et l'électricité provient d'un groupe électrogène.


"C'est dur, c'est vraiment dur", reconnaît Nebojsa Drljevics, "mais ça l'était encore plus dans les centres en Serbie". L'histoire des réfugiés de Zac illustre combien il reste à faire pour que la confiance revienne sur le terrain entre Serbes et Albanais, même si la communauté internationale et les autorités kosovares déclarent vouloir favoriser de tels retours.