ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

04.08.2010 - mer. : 15'24 - Mise à jour 04.08.2010 - mer. : 15'24

La droite creuse l'écart sur les socialistes de Zapatero (sondage)

Espagne

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

MADRID  -  La droite espagnole conforte son avance face aux socialistes au pouvoir qu'elle devance désormais de plus de 6 points en intentions de vote, alors que la crise a contraint le gouvernement à prendre des mesures impopulaires, selon une vaste enquête d'opinion publiée mercredi.
       

En cas d'élections législatives, les conservateurs du Parti populaire l'emporteraient avec 41,2% des voix contre 34,9% pour les socialistes du chef du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero, indique cette étude réalisée en juillet par le Centre d'enquêtes sociologiques (CIS).
         

Cet écart entre les deux grandes forces politiques du pays est le plus important depuis l'arrivée au pouvoir de M. Zapatero en 2004.
          

La droite a ainsi progressé de 1,7 point par rapport au dernier sondage du CIS, effectué en avril, tandis que la gauche recule de 3,1 points. Cette nouvelle enquête a été réalisée auprès de 2.472 personnes du 15 au 22 juillet, avec une marge d'erreur de plus ou moins 2%.
          

Les prochaines élections législatives en Espagne sont normalement prévues en 2012.
          

Le pays est timidement sorti au premier trimestre de la récession dans laquelle il était plongé depuis le deuxième semestre 2008, mais le chômage atteignait encore 20,09% de la population active au deuxième trimestre.
          

Pour 57% des Espagnols interrogés, le chômage est d'ailleurs "le principal problème qui existe actuellement en Espagne", selon le sondage du CIS.
          

Le gouvernement s'est engagé à ramener d'ici à 2013 à 3% du PIB les déficits publics qui se sont envolés à 11,2% en 2009, via un plan d'austérité de 50 milliards d'euros sur trois ans.
          

Pour cela il a été obligé d'adopter des mesures impopulaires, comme le gel des pensions de retraite, la baisse des salaires des fonctionnaires ou encore la suppression de certaines aides comme le "chèque-bébé" pour aider les nouveaux parents.
              

M. Zapatero a averti vendredi que le budget 2011 serait à nouveau "restrictif et austère".