ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

06.07.2011 - mer. : 08'31 - Mise à jour 06.07.2011 - mer. : 08'31

Le procureur va probablement abandonner ou renoncer à certaines

France/DSK

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

New york - L'apparition de failles dans le récit de la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn rend très improbable la tenue d'un procès pour viol. Le procureur de New York devrait dès lors décider s'il renonce à certaines charges ou s'il abandonne vite toutes les poursuites.


DSK est toujours formellement poursuivi pour crimes sexuels. Mais le récit erroné, sous serment, de l'accusatrice et ses activités illégales présumées, révélées à l'occasion de l'audience de vendredi, ont rebattu les cartes: difficile d'espérer l'unanimité des jurés lors d'un éventuel procès sans témoin crédible.


L'accusation a trois options, selon l'ancien procureur américain Jacob Frenkel interrogé par l'AFP: maintenir ces sept chefs d'inculpation et aller au procès avec un fort risque de le perdre, continuer la procédure en abandonnant les charges les plus graves ou abandonner toutes les poursuites.


Pour l'avocat et bloggeur Vincent Sanzone, il est devenu impossible d'aller au procès: "la victime présumée n'a plus aucune crédibilité, les charges vont êtres abandonnées", prédit-il. Même son de cloche chez Matthew Galluzzo, ancien substitut du procureur spécialisé dans les crimes sexuels: "le procureur va devoir abandonner l'affaire".


"Je suis très étonné qu'ils n'aient pas repéré ce problème de témoignage avant", explique à l'AFP l'avocate Toni Messina: "Il va être à présent très difficile d'avancer dans ce dossier. La façon la plus facile de s'en sortir, c'est de tout abandonner".


D'après l'adjointe du procureur de Manhattan, Joan Illuzzi-Orbon, citée mardi dans le Wall Street Journal, il va être difficile de poursuivre les accusations portées par la femme de chambre, à moins que "je croie chaque mot sortant de sa bouche, et que je sois convaincue de l'aspect criminel de ce qui s'est passé".