ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

14.04.2012 - sam. : 11'07 - Mise à jour 14.04.2012 - sam. : 11'07

l'Afrique du Sud soutient l'envoi d'observateurs de l'ONU

Syrie

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

   
Johannesburg - L'Afrique du Sud a déclaré soutenir l'envoi en Syrie d'observateurs des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU pour surveiller le cessez-le-feu que l'ONU s'apprête à voter samedi.


L'Afrique du Sud, qui est membre non-permanent du Conseil de sécurité, appelle "tous les partenaires du conflit à exécuter en totalité les décisions" avancées par l'envoyé de la Ligue arabe et de l'ONU Kofi Annan, a indiqué dans un communiqué le vice-ministre sud-africain des Affaires étrangères Ebrahim Ebrahim.


"Le vice-ministre a renouvelé le soutien de l'Afrique du Sud à l'appel (de M. Annan) concernant le déploiement rapide d'une mission d'observateurs de l'ONU pour surveiller et vérifier le cessez-le-feu", selon le communiqué. Un cessez-le-feu a été mis en place depuis jeudi matin après 13 mois de répression contre l'opposition qui a fait plus de 10.000 morts, selon des estimations.


Les Etats-Unis ont appelé à voter un projet de résolution autorisant l'envoi d'une première mission de 30 observateurs militaires en Syrie la semaine prochaine pour surveiller le cessez-le-feu. Les 15 pays membres du Conseil de sécurité doivent se prononcer samedi à 15H00 GMT, mais le soutien de la Russie principal allié de la Syrie est incertain.


L'Afrique du Sud s'était abstenue en octobre au Conseil de sécurité de l'ONU lors d'un vote sur un projet de résolution présenté par les Occidentaux pour condamner la répression en Syrie. La résolution contenait un "objectif caché" consistant à renverser le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad, avait fait valoir à l'époque l'Afrique du Sud.