ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

12.04.2012 - jeu. : 11'17 - Mise à jour 12.04.2012 - jeu. : 11'17

Séisme indonésien, test concluant pour le système d'alerte au tsunami

Indonésie

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

    
Banda Aceh - Le puissant séisme survenu mercredi au large de l'île indonésienne de Sumatra a fait plus que de peur que de mal, montrant l'efficacité du système d'alerte mis en place après le tsunami de 2004, qui avait englouti plus de 220.000 personnes.


 "Tout s'est très bien passé. Le système a fonctionné comme prévu": Denis Okello, porte-parole à Jakarta du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), agence de l'ONU, ne peut que se féliciter que le tremblement de terre de mercredi n'ait pas été plus meurtrier.


Malgré une magnitude de 8,6, la secousse n'a fait que cinq morts, dont au moins deux en raison de crises cardiaques, selon un bilan officiel publié jeudi matin. La vie était ainsi revenue à la normale à Banda Aceh, capitale de la province d'Aceh, située non loin de
l'épicentre, a constaté une journaliste de l'AFP. Les paysans étaient retournés à leurs rizières et les élèves à l'école, tandis qu'aucun dégat majeur n'était visible.


Le séisme n'en a pas moins suscité un vent de panique parmi la population, réveillant le spectre du tsunami qui avait tué plus de 220.000 personnes le 26 décembre 2004 sur l'ensemble du littoral de l'océan Indien.


Mais cette fois-ci, dès la secousse, l'Agence indonésienne de géophysique (BMKG) a bombardé habitants et autorités de textos et de courriels, avertissant de l'imminence d'un tsunami. Le raz-de-marée est en réalité resté très limité, avec des vagues ne dépassant pas
un mètre, ce qui a provoqué la levée de l'alerte quelques heures plus tard.