ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

02.05.2012 - mer. : 08'24 - Mise à jour 02.05.2012 - mer. : 08'24

Après avoir prêté serment, Suu Kyi est députée de Birmanie

Birmanie

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Naypyidaw - La lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi a prêté serment mercredi devant le Parlement birman, un instant aussi bref qu'historique à l'issue duquel elle a endossé le premier mandat électoral de son histoire, après deux décennies d'âpre lutte politique.


L'opposante, qui avait remporté haut-la-main son premier siège lors des partielles du 1er avril, et 33 autres députés de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), ont promis de concert de "sauvegarder" la Constitution, qui accorde des pouvoirs immenses aux militaires.


"Je serai loyal à la République de l'Union de Birmanie et à ses habitants et tiendrai toujours en estime la non-désintégration de l'Union, la non-désintégration de la solidarité nationale et le perpétuation de la souveraineté", ont-ils aussi promis, debout devant le président de la chambre basse, l'ancien général Shwe Mann.


Trois autres députés étaient absents, en voyage à l'étranger. Interrogée par l'AFP sur la nature émotionnelle du moment, elle a simplement répondu, fidèle à son flegme habituel: "non, c'était juste intéressant". Elle s'est ensuite engouffrée dans une voiture avant de quitter les lieux.


Suu Kyi, 66 ans, était entrée en politique en 1988, devenant rapidement l'un des dissidents les plus connus de la planète. Après le départ de la junte il y a un an au profit d'un régime dit "civil" d'anciens militaires réformateurs, elle avait réintégré le jeu politique légal pour travailler avec ses ennemis d'hier à une véritable démocratisation du système politique.


Mais elle et ses compagnons de lutte de la LND avaient la semaine dernière refusé de prononcer ce serment solennel, réclamant de seulement s'engager à "respecter" la Constitution de 2008.