ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

16.08.2012 - jeu. : 11'24 - Mise à jour 16.08.2012 - jeu. : 11'24

Assange, la police britannique postée devant l'ambassade d'Equateur

GB

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

             
                            LONDRES - La police britannique gardait jeudi matin toutes les issues de l'ambassade d'Equateur où Julian Assange, réfugié depuis deux mois, attend la décision de Quito, annoncée pour 12H00 GMT, sur sa demande d'asile politique.


               La présence policière britannique devant l'ambassade a été renforcée, mais restait discrète, avec une dizaine de policiers visibles. La rue n'a pas été fermée à la circulation, a constaté une journaliste de l'AFP. Une poignée de manifestants partisans
d'Assange a passé la nuit devant l'ambassade, ceux-ci ayant été alertés par la conférence de presse à Quito au cours de laquelle il a été annoncé que Londres menaçait d'envahir les lieux.


               Selon Quito, Londres a formulé "la menace expresse et par écrit qu'un assaut pourrait être lancé contre notre ambassade à Londres si l'Equateur ne lui remet pas Julian Assange".Tammy Samede, une militante du réseau "Occupy London", a campé sur
place toute la nuit et espère "450 manifestants dans la journée".


               Elle interpelle un policier : "Vos enfants et vos petits enfants devraient lui être reconnaissants". "Je comprends", répond, placide, ce dernier. Ella, manifestante de 18 ans, souligne que "ce qu'a fait Assange est important et qu'on doit montrer sa
solidarité". Mark, 19 ans, se dit "prêt à se battre". Un car de police avec deux hommes armés passe sans s'arrêter dans la rue. "On est pas en Amérique ici", lance Tammy, "posez vos armes".