ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

25.01.2013 - ven. : 09'22 - Mise à jour 25.01.2013 - ven. : 09'22

La Corée du Nord menace le Sud de "représailles physiques"

SEOUL

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

    
               SEOUL - La Corée du Nord a menacé vendredi la Corée du Sud de "représailles physiques" si elle s'associait aux nouvelles sanctions votées cette semaine par le Conseil de sécurité des Nations unies.
   

            "Si les traîtres du régime fantoche en Corée du Sud participent directement aux soi-disant +sanctions+ des Nations unies, de sévères représailles physiques seront prises", a prévenu le Comité nord-coréen pour la réunification pacifique de la patrie.

               La Corée du Nord a annoncé jeudi son intention de procéder à une date indéterminée à un nouvel essai nucléaire en signe de défi aux Etats-Unis, son "ennemi juré", et en réponse aux sanctions élargies de l'ONU votées mardi après le lancement le 12 décembre d'une fusée considérée par Washington comme un missile balistique.
 

              "Ces sanctions sont une déclaration de guerre contre nous", a estimé le comité nord-coréen.

               Un nouvel essai nucléaire nord-coréen serait le troisième, après ceux de 2006 et 2009 qui répondaient déjà à l'époque à des sanctions votées à l'ONU après des tirs de fusée.
    

           Dans la résolution, le Conseil de sécurité "se déclare résolu à prendre des mesures décisives" en cas de nouvelle infraction.
 

              A l'issue du vote, l'ambassadrice américaine Susan Rice avait prévenu la Corée du Nord qu'elle "paierait un prix de plus en plus élevé" si elle choisissait la confrontation.
 

              Pékin a appelé jeudi "toutes les parties" à la retenue et à "s'abstenir d'engager des actions qui pourraient aggraver les tensions dans la région".