ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

25.01.2013 - ven. : 09'17 - Mise à jour 25.01.2013 - ven. : 09'17

Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas et Australie appellent à quitter Benghazi

LONDRES

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer


               LONDRES - Le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Australie ont appelé jeudi leurs ressortissants à quitter immédiatement Benghazi, théâtre de violences récurrentes dont l'attentat en septembre 2012 du consulat américain, en raison d'une "menace" visant les Occidentaux qualifiée d'"imminente" par Londres.
  

             "Nous sommes maintenant au courant d'une menace spécifique et imminente contre les Occidentaux à Benghazi et demandons aux Britanniques qui sont là-bas en dépit de nos conseils de partir immédiatement", a annoncé jeudi à la mi-journée le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

               "Nous ne pouvons pas faire de commentaire sur la nature de la menace", a ajouté le ministère, précisant que l'ambassade britannique à Tripoli était "en contact avec les ressortissants britanniques dont elle a les coordonnées" pour leur demander de quitter Benghazi, ville de l'est de la Libye en proie à une insécurité grandissante.

               Le ministère allemand des Affaires étrangères a également appelé ses ressortissants à quitter "en urgence la ville et la région de Benghazi", dans une note d'information publiée sur son site internet.

               "Des renseignements dont dispose le gouvernement fédéral établissent des risques concrets immédiats visant les citoyens occidentaux à Bengazi", selon ce document.
 

              Aux Pays-Bas, un avis de voyage qui appelle à "ne pas voyager vers et à travers Benghazi" a été diffusé lundi et renforcé jeudi "pour déconseiller aux personnes de nationalité néerlandaise de rester sur place", selon un porte-parole du ministère néerlandais des Affaires étrangères.
  

             A son tour l'Australie a émis vendredi un bulletin à l'usage de ses ressortissants évoquant "une menace spécifique et imminente".
  

             "Il existe un risque d'attentats de représailles contre des cibles occidentales en Libye" après l'intervention française au Mali, indique le ministère des Affaires étrangères.