ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

11.05.2013 - sam. : 09'56 - Mise à jour 11.05.2013 - sam. : 09'56

Castro est bien père de l'enfant né en captivité

Séquestrées de Cleveland

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

CLEVELAND (Etats-Unis)- Ariel Castro, inculpé pour avoir séquestré et violé trois femmes pendant une dizaine d'années dans sa maison de Cleveland, est bien le père d'une fillette née en captivité, ont confirmé vendredi les autorités, la fille du suspect
confiant vivre un "film d'horreur".

Reprendre une vie normale "sera un parcours long et délicat", car elles "devront réapprendre à communiquer avec les autres, librement, sans se demander si elles vont vivre ou être tuées", a expliqué à l'AFP Michael Mantell, ancien chef psychologue de la police de San Diego (Californie).


    
Le procureur américain Timothy McGinty a affirmé jeudi qu'il envisageait de requérir la peine de mort contre le suspect pour les violences subies par les jeunes femmes qui, selon lui, "dépassent l'entendement". Il va notamment chercher à requérir des
charges "pour chaque acte de meurtre aggravé (qu'Ariel) a commis en interrompant des grossesses", passible de peine de mort dans cet État.

Car outre la séquestration et les viols répétés, le suspect aurait forcé l'une des captives, Michelle Knight, celle qui a passé le plus grand nombre d'années sous sa coupe, près de 11 ans, à interrompre plusieurs grossesses. Michelle Knight a raconté aux policiers
qu'elle était tombée enceinte "au moins cinq fois", selon CBS. A chaque fois, Ariel Castro l'affamait et lui donnait des coups dans le ventre jusqu'à ce qu'elle fasse une fausse couche, selon un rapport de police cité par plusieurs médias.

Michelle Knight a été la dernière à quitter l'hôpital vendredi, quand les deux autres femmes étaient déjà sorties mardi matin. La jeune femme de 32 ans "a bon moral" mais "demande que l'on continue à respecter sa vie privée", selon l'hôpital.

Michelle Knight avait disparu en 2002 à l'âge de 21 ans, Amanda Berry en 2003 à l'âge de 16 ans, et Gina DeJesus en 2004 à l'âge de 14 ans.

"Réapprendre à communiquer"

La fille aînée d'Ariel Castro, Angie Gregg, a confié de son côté vivre "un film d'horreur" dans lequel "nous serions les personnages principaux, sans rien soupçonner de ce qui se passait".

 "Toutes ces choses bizarres que j'ai remarquées ces dernières années, comme la manière dont il fermait si soigneusement à clé toute sa maison, certaines parties de la maison aussi, ou encore le fait que quand on dînait chez ma grand-mère il partait une
heure, puis revenait sans donner d'explication, tout cela fait sens maintenant", a-t-elle raconté sur CNN.

Il y a deux mois, a rapporté Angie Gregg, son père lui avait montré la photo d'une petite fille sur son portable en racontant qu'elle n'était pas son enfant mais "l'enfant d'une de (ses) amies avec quelqu'un d'autre".

Reste désormais à savoir comment les trois jeunes femmes vont réapprendre à vivre après leur calvaire.

Reprendre une vie normale "sera un parcours long et délicat", car elles "devront réapprendre à communiquer avec les autres, librement, sans se demander si elles vont vivre ou être tuées", a expliqué à l'AFP Michael Mantell, ancien chef psychologue de la police de San Diego (Californie).

Après avoir été suivies pas à pas par les médias depuis lundi, leur thérapeute devra faire en sorte "qu'elles ne parlent pas trop, et trop vite, et se retrouvent noyées par des souvenirs qu'elles ne peuvent affronter", prévient Elaine Ducharme, psychologue spécialisée dans les violences sexuelles à Glastonbury (Connecticut).

Leur découverte a relancé les recherches d'autres disparues. Le FBI a lancé vendredi un appel à témoins concernant deux autres adolescentes disparues dans la même ville: Christina Adkins en 1995 à l'âge de 18 ans, et Ashley Summers en 2007 à l'âge de 14 ans.