ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

18.05.2013 - sam. : 11'57 - Mise à jour 18.05.2013 - sam. : 11'57

l'ex-dictateur Videla, symbole de répression, a fini ses jours en prison

Argentine

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

BUENOS AIRES - L'ancien dictateur argentin Jorge Videla, 87 ans, a fini ses jours dans la cellule où il purgeait une peine de prison à perpétuité pour les crimes commis par son régime militaire tyrannique de 1976 à 1981.


               
Selon l'AFP, personnage détesté en Argentine, l'ancien général avait été condamné deux fois à la prison à vie pour crimes contre l'humanité et à une peine de 50 ans de prison pour le vol de bébés d'opposants.


               
Il a dirigé l'Argentine lorsque la répression contre l'opposition de gauche était à son paroxysme. A cette époque, Brésil, Chili, Paraguay et Uruguay voisins étaient également dirigés par des régimes militaires.


               
Près de 30 ans après la fin de la dictature, Jorge Videla est décédé dans la prison de Marcos Paz, dans la province de Buenos Aires, à 45 kilomètres au sud-ouest de la capitale, où il se considérait comme un prisonnier politique.


               
"(Jeudi), il ne se sentait pas bien, il n'a pas voulu dîner et (vendredi) matin, ils l'ont trouvé mort dans sa cellule", a déclaré à la presse Cecilia Pando, présidente de l'Association des familles et amis de prisonniers politiques de l'Argentine (AFYAPPA), qui représente les nombreux militaires condamnés pour des crimes commis pendant la dictature.


               
Le rapport médical a conclu à une mort naturelle, a informé l'autorité pénitentiaire, mais une autopsie devait être pratiquée.


               
L'ex dictateur a été découvert vendredi matin par le médecin de garde de la prison. "Il était assis sur les toilettes et (le médecin) a constaté qu'il ne présentait plus aucun signe vital", selon le rapport que l'AFP a pu consulter.


               
L'ancien prix Nobel de la paix Adolfo Perez Esquivel a regretté que Jorge Videla soit mort en emportant avec lui les secrets de la dictature.


               
"A aucun moment, il n'a exprimé de remords pour les crimes et il part avec de nombreuses informations, mais la justice doit élucider ce qu'il est advenu des disparus et des enfants", a-t-il déclaré.