ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

14.10.2017 - sam. : 10'11 - Mise à jour 14.10.2017 - sam. : 10'11

Turquie/Guerre des visas: l'angoisse des Turcs en partance pour les USA

Ankara - "J'avais beaucoup de projets, mais ils sont tombés à l'eau". Comme Ergun Coskun, de nombreux Turcs ont appris avec stupeur la suspension dimanche des services de visas américains en Turquie et espèrent une issue rapide à cette crise, selon l'AFP.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

               Ergun Coskun, étudiant de 22 ans, a postulé pour le programme "Work and Travel", qui permet à des étudiants d'aller travailler ponctuellement aux Etats-Unis le temps de leurs vacances d'été. "On est toujours dans l'attente, on verra bien ce qu'il va se passer", dit-il.
               Déjà tendues depuis plusieurs mois, les relations entre la Turquie et les Etats-Unis, pourtant alliés au sein de l'Otan, se sont encore dégradées après l'inculpation pour "espionnage", la semaine dernière, d'un employé turc du consulat américain à Istanbul.
               Metin Topuz, l'employé arrêté, est accusé par la justice turque d'être lié au prédicateur en exil aux Etats-Unis Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016.
               En réaction à son arrestation, l'ambassade des Etats-Unis a annoncé dimanche la suspension des services de délivrance des visas américains en Turquie, hors visas d'immigration. Et Ankara a répliqué avec une mesure similaire.
               Selon Deniz Akar, directeur général de l'International Education Fairs of Turkey (IEFT) à Istanbul, environ 26.000 étudiants turcs se rendent aux Etats-Unis chaque année.
               Parmi eux, précise-t-il, 10.000 partent pour étudier l'anglais, 10.000 pour une licence ou un master et 6.000, sélectionnés par les autorités américaines en octobre et novembre, partent pour un "Work and Travel".
               "Si cette interdiction de visas se poursuit encore quelques semaines, les étudiants turcs ne pourront malheureusement pas participer au programme Work and Travel pour 2018", déplore-t-il.
               Kübra, une étudiante de 22 ans, a postulé pour ce programme. "Je suis actuellement en train de réunir les documents", explique-t-elle. "Il ne me reste qu'un entretien pour le visa (...), mais pour le moment, je ne sais pas si je vais pouvoir partir ou pas. J'attends."
               "Je ne sais pas quand une opportunité comme celle-ci se présentera à nouveau", s'inquiète la jeune femme qui avait prévu de partir travailler dans un parc de loisirs à New York.
               L'heure est donc à la recherche d'alternatives, en espérant que la crise ne s'éternisera pas. "Les étudiants qui sont dans des situations vraiment urgentes peuvent aller postuler pour des visas dans d'autres pays", affirme M. Akar.
               En effet, l'ambassadeur à Ankara, John Bass, avait expliqué que si des citoyens turcs souhaitaient faire des demandes de visas en dehors de Turquie, ils le pouvaient.
               M. Akar affirme toutefois qu'"il n'y a pas de garantie" que les visas demandés à l'étranger soient obtenus.
              

Balises Internationale  

Lire aussi