ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

03.03.2018 - sam. : 12'46 - Mise à jour 03.03.2018 - sam. : 12'46

Indonésie: le défi titanesque de nettoyer le fleuve le plus pollué au monde

Majalaya (Indonésie) - Avec sa maladie de la peau et ses faibles récoltes de riz, Yusuf Supriyadi n'oublie jamais qu'il vit à côté du Citarum, surnommé le fleuve le plus pollué au monde, en Indonésie. Depuis peu, le gouvernement est déterminé à nettoyer cette poubelle aquatique, un défi titanesque.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

               Le fleuve situé dans l'ouest de l'île de Java est rempli de polluants de toutes sortes -- mercure, plomb, arsenic, déchets ménagers et matières fécales animales. La multiplication des déchets toxiques déversés dans l'eau par des usines textiles de la région n'arrange rien.
               Contraint de pomper cette eau très polluée pour irriguer sa petite plantation, M. Supriyadi voit sa récolte de riz chuter des deux tiers pendant la saison des pluies, et sa santé se dégrader.
               "J'ai des démangeaisons dans les mains et ma récolte est endommagée", raconte à l'AFP cet homme de 54 ans.
               "La pollution affecte mon riz. Si je continue, je vais perdre de l'argent. Si je ne continue pas, je n'aurai pas d'autre travail", pour nourrir la famille, dit-il.
               La Banque mondiale avait par le passé déclaré le Citarum fleuve le plus pollué au monde, dont l'eau est aussi une source d'énergie hydroélectrique pour Java et l'île de Bali. Après des décennies d'insuccès pour le nettoyer, Jakarta a écarté les autorités locales et prise les choses en main.
               Objectif: rendre l'eau du Citarum potable d'ici à 2025, une mission quasi impossible. En janvier, le gouvernement indonésien a chargé la police, l'armée et la justice de réprimer les entreprises qui ne respectent pas la loi.
               Désormais, les usines qui y déversent leurs déchets risquent de se voir retirer leur licence d'exploitation. De plus, des caméras de surveillance vont être installées le long des rives du fleuve pour identifier les contrevenants. Parallèlement, du matériel de dragage va être utilisé pour nettoyer le fleuve aux odeurs nauséabondes, a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires maritimes.

Balises Internationale  

Lire aussi