ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Culture

07.07.2019 - dim. : 12'42 - Mise à jour 07.07.2019 - dim. : 12'42

La Culture prépare la certification des biens culturels ayant une valeur patrimoniale

Mbanza Kongo - LA ministère de la Culture s'emploie à élaborer des normes pour certifier et identifier les objets d'artisanat ayant une valeur patrimoniale, afin d'empêcher la sortie du pays de ces biens culturels d'un symbolisme élevé dans la vie des peuples angolais.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Zaire: Foire avec exposition de sculpture

Photo: Gaspar dos Santos

La certification peut se faire en scellant ces pièces, en fonction de leur valeur, permettant ainsi de définir plus facilement les objets qui peuvent ou non quitter le pays, selon la ministre de la Culture, Maria da Piedade de Jesus.

Lors de l'atelier sur "Les défis de la protection et de la circulation des biens culturels en Afrique" tenu à Mbanza Kongo, la gouvernante a dit qu'il existe des répliques de pièces sur le marché national des arts qui se confondent avec les vraies placées dans certains musées du pays.

Pour mettre fin aux doutes, a-t-elle poursuivi, il incombe au ministère de la Culture, en partenariat avec les organes intervenant dans le contrôle de l'entrée et de la sortie des marchandises dans les frontières du pays, de coordonner les actions facilitant l'identification de ces biens au moyen de timbres certifiés.

Par ailleurs, l’ambassadeur de l’Angola auprès de l’UNESCO, Sita José, a souligné que le débat se poursuivait au sein de cet organe des Nations Unies pour définir de quelle manière les pays africains, dont les biens culturels avaient été volés avant et après leurs indépendances peuvent récupérer leurs objets.

Selon le diplomate, le débat continue sur la manière dont cette reprise peut avoir lieu, car si les Africains défendent la restitution de ces biens culturels disséminés dans les musées européens et américains, certains Européens insistent sur la nécessité du partage.

Sita José a expliqué que les pays détenteurs de ces objets culturels invoquent l'absence de conditions de protection et de conservation dans les pays d'origine de ces objets culturels, ce qui constitue une raison pour les conserver dans leurs galeries, dont certaines sont privées.

Le débat a compté sur la participation des membres de l'Exécutif, du gouvernorat local, des députés, des représentants de la République démocratique du Congo, de la République du Congo et du Gabon, des agents culturels, des membres de la société civile, des universitaires, et d'autres invités.

Il  s'inscrivait dans des activités de la première édition du Festival international de la culture Kongo (Festikongo), ouvert vendredi à Mbanza Kongo par le vice-président de la République, Bornito de Sousa, et qui devait se terminer le 8 juillet, Journée de cette ville angolaise localisée dans de province de Zaire

La ville a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO le 8 juillet 2017, lors de la 41e session du Comité de l'UNESCO, qui s'est tenue dans la ville polonaise de Cracovie (Pologne).

Balises Cultura  

Lire aussi