ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Politique

23.02.2018 - ven. : 14'10 - Mise à jour 23.02.2018 - ven. : 14'11

L'hémicycle approuve le décret sur le rapatriement des capitaux

Luanda - Le Parlement angolais a approuvé, jeudi dans la généralité, le projet de loi portant rapatriement des ressources financières gardées à l?étranger, un proposition de l'initiative du Président de la République, et le projet de loi sur le régime extraordinaire de régulation patrimoniale (RERP) proposé par l'Union Nationale pour l'Indépendance Totale de l'Angola (UNITA- Principal parti de l'opposition).

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

L'instant du vote

Photo: Alberto Juliao

Les deux documents qui seront débattus dans la spécialité, surgissent à la suite d’une proposition faite par le Chef de l’Etat, João Lourenço, en décembre dernier, pour que les angolais détenteurs des liquidités à l’extérieur du pays puissent les rapatrier afin qu’elles soient investies en Angola.

La proposition du Gouvernement présentée par le ministre des Finances, Árcher Mangueira, a été approuvée par 172 votes en faveur, aucune contre et 16 abstentions.

Expliquée en détail par le député de UNITA, Adalberto da Costa Júnior, la proposition a connu l’approbation de 173 voix favorables, aucune contre et 15 abstentions.

Contrairement à celui présenté par le Gouvernement, le projet de l’Unita prévoit le paiement d’un impôt de 45 pour cent sur l’argent rapatrié.

Dans la proposition conduite à la plénière par le Gouvernement, les angolais détenteurs des ressources financières à l’étranger supérieures à 100 mille dollars non déclarées ont un délai de six mois pour rapatrier cet argent sans être poursuivis judiciairement et sans paiement des taxes.

Pour l’Unita, les ressources patrimoniales transférées ou gardées à l’étranger ou à l’intérieur du pays non déclarées par des personnes physiques ou juridiques devront  être dûment déclarées à l’Etat angolais et le détenteur devra payer une contribution extraordinaire.

Le document du principal parti de l’opposition, le premier reçu à l’hémicycle portant la mention urgente, ne défend pas à peine le rapatriement des capitaux non déclarés. Ce parti propose une loi à deux paramètres, l’un régulant le détournement d’argent et l’autre des biens acquis par vol.

Dans l’entretemps, dans sa déclaration politique le président du groupe parlementaire de CASA-CE,  André Mendes de Carvalho, a qualifié d’immorale, d’illégale et d’inacceptable de prétendre dire que les ressources financières volées au peuple angolais puissent être reconnues comme propriété légitime de ceux qui criminellement ont dilapidé les deniers publics.

Pour Macuta Nkondo, également de CASA-CE, les détenteurs des fonds domiciliés à l’étranger ne sont pas seulement les dirigeants du MPLA-parti au pouvoir, mais également certains leaders corrompus de l’opposition, ayant appelé à une attention soutenue sur les conditions sociales de la population de plus en plus difficiles.

Balises Política  

Lire aussi
  • 12/11/2018 18:57:53

    L'UNITA privilégie les élections locales basées sur le système espagnol

    Luanda - L'UNITA, le deuxième parti le plus voté aux élections de 2017, défend le principe de l'autonomie locale basé sur le système constitutionnel espagnol, qui favorise une organisation territoriale avec des municipalités, des provinces et des communautés autonome

  • 12/11/2018 17:46:25

    Le PAIGC en solidarité avec le peuple angolais

    Luanda - Le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) a exprimé sa solidarité avec le peuple angolais qui a célébré dimanche le 43e anniversaire de son indépendance nationale (11).

  • 12/11/2018 16:57:27

    Baisse du mouvement migratoire au niveau de la frontière Angola/RDC

    Mbanza Kongo (Angola) - 12.222 citoyens angolais se sont rendus légalement en République démocratique du Congo, par divers postes frontaliers qui séparent l'Angola à la RDC, durant le 1er semestre de l'année 2018, soit moins de 22.253 mouvements migratoires par rapport à ceux enregistrés durant la période homologue de 2017.

  • 12/11/2018 16:19:00

    Visite du Chef de l'Etat au centre de formation de Cazenga

    Luanda - Le Président angolais João Lourenço, s'est informé lundi du fonctionnement du Centre de Formation Professionnelle de Cazenga (Luanda), ayant une capacité de former 1.850 techniciens dans 18 spécialités.