ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Politique

20.02.2019 - mer. : 13'32 - Mise à jour 20.02.2019 - mer. : 13'33

Le SME reconnaît son excès contre le député Rabelais

Luanda - Le Service de migrations et étrangers (SME) a ??reconnu mardi avoir agi avec un zèle excessif en empêchant le député Manuel Rabelais de quitter le pays le 24 janvier.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Directeur général du SME , Gil Famoso

Photo: Pedro Parente

S'adressant à la presse, en marge de la réunion du Conseil de sécurité nationale, le directeur général du SME, Gil Famoso, a qualifié la réaction de son effectif "d'incident malheureux" et a admis que les agents en service n’avaient pas correctement les informations disponibles.

Gil Famoso a déclaré que le ministre de l'Intérieur, Ângelo da Veiga Tavares, s'était déjà excusé auprès du député de l'Assemblée nationale pour l'incident.

"Il est fréquent l’échange d'informations entre le Bureau du procureur général de la République (PGR), le SME et d'autres services de sécurité publique sur la limitation et l'interdiction de voyager de tout citoyen", a informé le responsable.

Selon Gil Famoso, ces institutions disposaient d'informations selon lesquelles une notification serait en cours pour que le député Manuel Rabelais se présente au Bureau du procureur général de la République (PGR).

Dans ce cas, a-t-il expliqué, nous devrions alerter le député sur la possibilité de reporter le voyage ou de le faire dans un court laps de temps, car sa présentation aux organes de justice était prévue pour la semaine suivante (le 29 janvier).

Il a dit que "l'affaire fait actuellement l'objet d'une enquête afin qu'il y ait une responsabilité vis-à-vis de ce qui s'est passé", en espérant que "de telles situations ne se reproduiront plus".

L'ancien ministre de la Communication sociale, Manuel Rabelais, a été empêché par les autorités migratoires, à l'aéroport international 4 de Fevereiro, de quitter le pays lors de son embarquement pour Lisbonne (Portugal) le 24 janvier.

À l'occasion, il a été allégué que Manuel Rabelais n'avait pas été autorisé par le président de l'Assemblée nationale à quitter le pays.

À la lumière de la loi, Manuel Rabelais jouit de l'immunité en tant que député (Assemblée nationale), ce qui ne l'empêche pas d'être notifié ou accusé dans le cadre d'une procédure pénale.

Entre-temps, le 13 février, le ministère public a appliqué trois mesures coercitives à Manuel Rabelais: obligation d’informer le lieu résidence, présentation périodique aux autorités et l’interdiction de quitter le pays.

L'ancien ministre de la Communication sociale est appelé à répondre à une affaire concernant la gestion du Bureau de la revitalisation et exécution de la communication institutionnelle et  marketing de l'administration (GRECIMA), organe qui veillait à l'image du Gouvernement, alors qu’il était son responsable entre 2012 et 2017.

Balises Angola   Justice   Parlamento   SME  

Lire aussi