ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Politique

25.04.2019 - jeu. : 18'23 - Mise à jour 25.04.2019 - jeu. : 18'23

Plus de 30 000 étrangers en situation irrégulière expulsés au cours de l'opération Transparência

Saurimo - Quarante mille ressortissants étrangers en situation irrégulière ont été expulsés du pays de janvier à la date actuelle de l'année en cours, ce qui représente une diminution de 360.000 expulsions par rapport à la même période de l'année précédente, a déclaré jeudi à Saurimo (Lunda Sul) , le porte-parole de l'opération Transparência, António Bernardo.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

António Bernardo, porte-parole de l'operation Transparência

Photo: António Escrivão

Le responsable parlait à la presse à la fin de la réunion du Poste de commandement avancé de l’opération Transparência sur terre, afin de préciser les activités menées au cours de la période en question dans les provinces de Malanje, Lunda Norte, Lunda Sul et Moxico, avec la présence de leurs commandants respectifs.

Sur ce nombre d'expulsions, 39 000 citoyens ont été rapatriés en République démocratique du Congo (RDC), tandis que mille pour la Guinée Conakry, la Guinée Bissau, la Mauritanie, la Sierra Leone et le Zimbabwe.

Selon António Bernardo, au cours de la même période, trois mille citoyens de la RDC sont partis volontairement, des personnes qui, au moment de l'opération, insistaient pour résider dans le pays sous une forme illégale.

Il a souligné que la frontière nord entre les provinces de Malanje et de Lunda Norte continue d'inspirer l'attention, car c'est là où il y a une grande facilité d’entrée de citoyens de nombreux pays, avec une incidence plus grande pour ceux de la RDC qui persistent à vouloir s'installer dans ces zones où la prospection de diamant est la plus probable.

Pour lutter contre la situation d'immigration clandestine, les différents responsables présents à la réunion ont décidé d'améliorer la surveillance dans les zones frontalières avec des hommes et des moyens, afin de décourager de telles pratiques.

Au cours de l'opération, il a été possible de saisir 2 522 diamants, 673.090 kwanzas, 115.500 dollars, dont 19 000 dollars ont été restitués aux propriétaires qui avaient des documents en règle.

De l'opération terrestre, 18 véhicules légers et lourds ont également été saisis, deux chargeuses-pelleteuses, une centaine de motopompes et plusieurs moyens d'assistance aux creuseurs non agrégés.

Lire aussi