ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Politique

18.02.2020 - mar. : 18'25 - Mise à jour 18.02.2020 - mar. : 18'32

Des hommes d'affaires britanniques veulent investir en Angola

Luanda - L'envoyée spéciale du Premier ministre britannique pour le commerce, la baronne Lindsay Northover, a déclaré mardi à Luanda que les hommes d'affaires anglais avaient un grand intérêt à investir en Angola.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Président de la République, João Lourenço, reçoit l'enoyée du premier ministre du Royaume Uni pour le commerce, la baronne Lindsay Northover.

Photo: Pedro Parente

La baronne Lindsay Northover, qui est en Angola pour une visite de travail de trois jours, s'adressait mardi à la presse à l'issue d'une audience que lui a concédée le Président de la République, João Lourenço.

L'envoyé de Boris Johnson a souligné que la réunion avait permis d'aborder les aspects liés au développement des relations commerciales entre les deux Etats.

Après le sommet sur l'investissement Royaume-Uni-Afrique qui s'est tenu à Londres en janvier dernier, a-t-elle déclaré, les hommes d'affaires britanniques se sont montrés enthousiastes face aux changements entrepris par le Chef de l'État angolais, João Lourenço.

Pour cette raison, a-t-elle poursuivi, le gouvernement britannique fournira une assistance supplémentaire aux secteurs financier, des énergies renouvelables, du pétrole, de l'agriculture et des infrastructures de l'Angola.

En quatre ans, il s'agit de la 11e première visite de la baronne britannique en Angola.

Relations bilatérales et chiffre d'affaires

Le Royaume-Uni a ouvert son ambassade à Luanda en 1978, tandis que celle de l'Angola à Londres existe depuis les années 1980.

Les relations de coopération entre l'Angola et le Royaume-Uni reposent sur l'Accord général de coopération, paraphé en 1986. Depuis cette date, d'autres instruments juridiques ont été paraphés.

En mars 2009, le gouvernement britannique a rouvert sa ligne de crédit pour les exportations vers l'Angola d’un montant de 70 millions de dollars, pour des investissements privés.
La British Petroleum (BP) est l'une des principales compagnies pétrolières opérant en Angola.

Pour soutenir le développement de la coopération, le 25 novembre 2015, la Chambre de commerce Angola-Royaume-Uni a été lancée à Luanda, dont l'objectif est d'augmenter le commerce entre les deux pays.

La Chambre de commerce Angola-Royaume-Uni offre également un environnement commercial propice à l'établissement de partenariats mutuellement avantageux.

Balises Política  

Lire aussi
  • 15/02/2020 11:28:49

    Analyse du Plan de lutte contre le trafic des êtres humains

    Luanda - Le Plan de prévention et de combat contre le trafic des êtres humains, pour les cinq prochaines années, a fait l?objet d?analyse, vendredi, à Luanda, au cours d?une réunion extraordinaire de la Commission pour la Politique sociale du Conseil des ministres.

  • 15/02/2020 09:58:56

    Le Mirex réitère la promotion du "nouvel" Angola

    Luanda - Le secrétaire d'État à la Coopération internationale et aux Communautés angolaises au ministère des Relations Extérieures (Mirex), Domingos Vieira Lopes, a encouragé vendredi, à Luanda, les attachés de presse à montrer un pays strict dans la gestion des affaires publiques et tourné vers l'investissement étranger.

  • 14/02/2020 15:25:00

    L'Angola pourrait avoir un passeport biométrique cette année

    Luanda - L'Angola devrait délivrer, d'ici la fin du troisième trimestre de cette année, le passeport biométrique, exigé au niveau international, sous peine de compromettre le voyage des citoyens nationaux à l'étranger, a déclaré jeudi (13), le directeur des Services de migration et Etrangers (SME), João António da Costa Dias.