ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Santé

12.06.2018 - mar. : 15'40 - Mise à jour 12.06.2018 - mar. : 15'40

Le MINSA loue le rôle des ONG dans la transmission de messages éducatifs

Luanda - Les organisations de la société civile ont un rôle clé à jouer dans l'éducation des communautés sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes, en les prévenant empêchant de contracter des maladies sexuellement transmissibles telles que le VIH / SIDA.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Participants à l'atelier national sur le renforcement de la santé

C’est ce qu’a déclaré le secrétaire d'État à la Santé publique, José Cunha, lors d'un atelier national des organisations de la société civile (OSC) sur le renforcement du système de santé communautaire en Angola.

José Cunha a également noté que ces organisations sont d'une grande importance pour soutenir l'Exécutif, et leurs efforts aident à améliorer la vie des citoyens grâce à un traitement de base communautaire.

Le traitement précoce du paludisme, conduisant les femmes enceintes à des consultations prénatales, ainsi que les sensibilise se rendre aux unités de santé, pour avoir un accouchement sans risque.

Selon le secrétaire d’Etat, le travail des OSC permet aux populations de bénéficier des méthodes préventives de transmission du VIH de la mère à l'enfant et des traitements antirétroviraux pour les personnes séropositives.

"Leur travail a pour mission de sensibiliser les jeunes à retarder le début des rapports sexuels et, par conséquent, la réduction des grossesses précoces, promouvant une maternité et une paternité saines", a-t-il signalé.

Il a ajouté que le pays doit encore relever des défis pour atteindre la couverture sanitaire universelle, dans un contexte où il existe encore dans certaines zones hétérogènes, principalement avec des faibles couvertures vaccinales et des consultations prénatales.

Selon le profil épidémiologique du pays, a-t-il expliqué, les maladies transmissibles occupent une place prépondérante, le paludisme étant la première cause de maladie et de décès, suivi par les maladies diarrhéiques aiguës et respiratoires.

La tuberculose est l'une des maladies infectieuses avec le taux de mortalité le plus élevé au monde et son traitement est long, où le patient doit rester motivé pour continuer le traitement, éviter l'abandon et augmenter le taux de guérison.

En ce qui concerne le paludisme, il a souligné que le traitement devrait être effectué le plus tôt possible et son diagnostic par des tests rapides standardisés et efficaces.
Le paludisme affecte principalement les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes, et les deux représentent des groupes prioritaires pour tous les secteurs de développement et de durabilité du pays.

Il a garanti que toutes les maladies répertoriées sont faciles à prévenir à travers le changement de comportement de la population, en améliorant l’'environnement dans la zone de résidence, en collectant et en traitant les déchets, en évitant les flaques d’eau et en adoptant des mesures d'hygiène individuelles et collectives.

L'activité de deux jours compte sur la présence de représentants de 15 provinces et 110 organisations de la société civile.

Balises VIH/Sida  

Lire aussi