ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Santé

19.07.2018 - jeu. : 15'17 - Mise à jour 19.07.2018 - jeu. : 15'17

Mauvaise gestion indiquée comme facteur de rareté des antirétroviraux

Luanda - La mauvaise gestion dans la consommation d'antirétroviraux (ARV) est la principale cause de la pénurie dans les unités sanitaires du pays, ce qui pourrait compromettre le traitement de ses bénéficiaires, a prévenu jeudi à Luanda, le président de l'ANASO, António Coelho.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Symbole du SIDA

Photo: Google - divulgação

S'adressant à l'Angop, António Coelho a déclaré que dans le pays, il n'y a pas de panne d'antirétroviraux, mais plutôt une pénurie, due à une mauvaise gestion.

Il a ajouté que les médicaments sont disponibles dans différentes unités, mais malheureusement, au niveau des pays, il y a encore des problèmes dans la gestion de la consommation et les hôpitaux n’ont pas toujours des médicaments à la disposition des bénéficiaires.

"Il y a une limitation sur la disponibilité de ces médicaments, exactement parce qu'un achat d'urgence d'antirétroviraux a été fait en mai de cette année pour éviter leur rupture, s'élevant à environ 511.000 $ pour les trois mois suivants", a-t-il dit.

Le responsable estime qu'il est nécessaire que le gouvernement réagisse pour faire de nouveaux achats d'urgence, car les trois mois se terminent en août et s'il n'est pas remplacé, il y aura une pénurie.

Le fonds global, a-t-il indiqué, n'acquiert que 40% des besoins antirétroviraux du pays et l'Angola compte environ 77.000 personnes bénéficiant d'un traitement et effectue généralement un achat de l'ordre de 100.000 traitements de manière à répondre aux attentes des bénéficiaires.

António Coelho a expliqué qu'il y avait une politique dans le pays pour punir les provinces qui, en temps opportun, ne fournissent pas les rapports sur l'utilisation des antirétroviraux et, par conséquent, ne les reçoivent pas, ce qui pénalise les bénéficiaires.

Il a assuré qu'ANASO fait un effort pour améliorer la gestion de la consommation, ajoutant que pour cela, il est nécessaire de créer des conditions pour que le pays n'achète pas d'antirétroviraux en cas d'urgence.

Balises Saúde   VIH/Sida  

Lire aussi
  • 31/10/2018 13:15:29

    Les problèmes de la vue s'accentuent en Angola

    Luanda - Le nombre de patients ayant des problèmes de vision en République d'Angola a augmenté à 3500 patients au cours des deux dernières années, contre 3000 l'année précédente.

  • 31/10/2018 10:40:45

    Plus de mille moustiquaires distribuées à la population de Lúbia

    Nhârea - 1.345 moustiquaires imprégnées ont été distribuées aux communautés de la commune de Lúbia, municipalité de Nhârea, à 240 km au nord de la province de Bié, depuis août dernier, par les autorités sanitaires du district.

  • 27/10/2018 12:27:31

    Les femmes enceintes sont plus susceptibles de contracter le paludisme grave

    Saurimo - Le risque de contracter le paludisme sévère est trois fois plus élevé chez les femmes enceintes en raison d'une dépression transitoire de l'immunité pendant la grossesse, a averti jeudi, et Saurimo, province de Lunda Sul, le médecin généraliste Guilhermina Pereira.

  • 27/10/2018 11:37:42

    L'Angola et la Namibie recommandent l'harmonisation des services de santé

    Ondjiva - Les participants à la réunion transfrontalière entre l'Angola et la Namibie ont recommandé vendredi à Ondjiva, province de Cunene, le renforcement de l'harmonisation des services de santé le long de la frontière commune afin d'améliorer les soins de santé pour la population.