ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Santé

19.07.2018 - jeu. : 15'17 - Mise à jour 19.07.2018 - jeu. : 15'17

Mauvaise gestion indiquée comme facteur de rareté des antirétroviraux

Luanda - La mauvaise gestion dans la consommation d'antirétroviraux (ARV) est la principale cause de la pénurie dans les unités sanitaires du pays, ce qui pourrait compromettre le traitement de ses bénéficiaires, a prévenu jeudi à Luanda, le président de l'ANASO, António Coelho.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Symbole du SIDA

Photo: Google - divulgação

S'adressant à l'Angop, António Coelho a déclaré que dans le pays, il n'y a pas de panne d'antirétroviraux, mais plutôt une pénurie, due à une mauvaise gestion.

Il a ajouté que les médicaments sont disponibles dans différentes unités, mais malheureusement, au niveau des pays, il y a encore des problèmes dans la gestion de la consommation et les hôpitaux n’ont pas toujours des médicaments à la disposition des bénéficiaires.

"Il y a une limitation sur la disponibilité de ces médicaments, exactement parce qu'un achat d'urgence d'antirétroviraux a été fait en mai de cette année pour éviter leur rupture, s'élevant à environ 511.000 $ pour les trois mois suivants", a-t-il dit.

Le responsable estime qu'il est nécessaire que le gouvernement réagisse pour faire de nouveaux achats d'urgence, car les trois mois se terminent en août et s'il n'est pas remplacé, il y aura une pénurie.

Le fonds global, a-t-il indiqué, n'acquiert que 40% des besoins antirétroviraux du pays et l'Angola compte environ 77.000 personnes bénéficiant d'un traitement et effectue généralement un achat de l'ordre de 100.000 traitements de manière à répondre aux attentes des bénéficiaires.

António Coelho a expliqué qu'il y avait une politique dans le pays pour punir les provinces qui, en temps opportun, ne fournissent pas les rapports sur l'utilisation des antirétroviraux et, par conséquent, ne les reçoivent pas, ce qui pénalise les bénéficiaires.

Il a assuré qu'ANASO fait un effort pour améliorer la gestion de la consommation, ajoutant que pour cela, il est nécessaire de créer des conditions pour que le pays n'achète pas d'antirétroviraux en cas d'urgence.

Balises Saúde   VIH/Sida  

Lire aussi
  • 16/07/2018 17:31:46

    L'utilisation de moustiquaires contribue à la diminution des cas de paludisme

    Luena - La distribution de 25.792 mousquetaires, une surveillance permanente, l?éducation sanitaire, l'hygiène actions prophylactiques contribuent à la réduction des décès des suites de paludisme dans la province de Moxico.

  • 14/07/2018 14:52:48

    Le Président de la République promet de réhabiliter l'hôpital catholique de Vouga

    Lubango - L'archevêque émérite de Lubango, Zacarias Kamwenho, qui s'est entretenu vendredi avec João Lourenço, dans la ville de Lubango, a fait savoir qu'il avait reçu du Président angolais la promesse d'appuyer la réfection de l'hôpital missionnaire de Vouga, situé dans la municipalité de Humpata.

  • 10/07/2018 14:54:28

    Le pays a sept mille médecins

    Luanda - L'Angola ne compte que 7.000 médecins de diverses spécialités pour environ 25 millions de personnes, a déclaré mardi à Luanda, le chef de l'Ordre des Médecins d?Angola, Carlos Alberto Pinto de Sousa.