ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Santé

25.07.2018 - mer. : 17'00 - Mise à jour 25.07.2018 - mer. : 17'00

Le manque de professionnels spécialisés, une des préoccupations de l'Institut du cancer

Luanda - Le manque de professionnels spécialisés et l?amélioration du bâtiment où travaille l?Institut angolais de lutte contre le cancer sont quelques-unes des préoccupations présentées au groupe parlementaire des députés de la CASA-CE par les responsables de l?unité, lors d?une visite mercredi.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Des députés durant la visite à l'Institut national d'oncologie

Photo: Lino Guimarães

Durant la visite, les députés ont reçu des informations sur le fonctionnement de l'hôpital et ses plus grandes difficultés lorsqu'ils parcouraient les secteurs comme la radiothérapie et  la chimiothérapie.

Selon le président du groupe parlementaire de la CASA-CE, André Gaspar Mendes de Carvalho, le but de la visite a été de vérifier le fonctionnement de l'hôpital et d'identifier les difficultés de cette unité hospitalière.

Il a ajouté que la visite visait également à aider l’unité de santé à faire face aux insuffisances, en utilisant les bons offices, afin de garantir un réconfort dans ce qui fait défaut.

"Il existe un service public qui est offert à la société de manière positive et qui doit être reconnu par le sacrifice et le dévouement des médecins et des infirmiers de l’unité de santé et, comme il sera bientôt approuvé le budget général, nous pourrions nous prononcer d’une manière sage", a-t-il ajouté.

Selon le député, la visite n’a pas encore été achevée, raison pour laquelle ils ont sollicité les rapports pour que l’évaluation soit plus complète.

"L’un des domaines les plus choquants a été la pédiatrie, pour voir des enfants souffrant de maladies oncologiques. Nous aimerions aider avec les médicaments, faire notre travail en tant que députés », a-t-il souligné.

À son tour, la directrice de la clinique, Isabel Cândido, espère que la visite des parlementaires donnera de bons résultats, prenant en compte les préoccupations présentées, afin qu'elles puissent être résolues.

Elle a signalé qu'environ 40 patients sont vus quotidiennement dans le secteur de la radiothérapie et consultés environ 500, le plus fréquent étant le cancer du sein.

La responsable a souligné qu’à l’heure actuelle, le secteur de radiothérapie ne fonctionne qu'avec une seule machine, ce qui fait que de nombreux patients sont sur la liste d'attente sans faire avancer les chiffres.

Elle a encore fait savoir que l’assistance était rapide, malgré la demande, et que certains aspects mécaniques et techniques devaient également être améliorés.

Balises Serviços de saúde  

Lire aussi
  • 12/07/2018 18:00:49

    Hôpital Neves Bendinha manque de spécialistes en chirurgie plastique

    Luanda - L'hôpital Neves Bendinha, des grands brûlés, a besoin de dix spécialistes en chirurgie plastique et en brûlures, ainsi que dix autres médecins de soins intensifs, en vu d'améliorer les soins aux victimes de brûlures dans la province de Luanda.

  • 20/06/2018 18:09:48

    Vingt décès dus à l'anémie falciforme à l'hôpital pédiatrique de Lubango

    Lubango - Vingt enfants et adolescents, sur les 697 qui souffrent d'anémie falciforme traités à l'hôpital pédiatrique de Lubango "Pioneiro Zeca" sont décédés de 2011 à ce jour, dont la majorité des patients décès sont arrivés dans un état critique à cause des traitements inadéquats.

  • 20/06/2018 16:24:32

    L'hôpital régional de Malanje enregistre 65 décès dus au paludisme

    Malanje - Soixante-cinq personnes sont décédées à l'hôpital régional de Malange, victimes du paludisme de janvier à mai de cette année, moins 33 morts par rapport à cette période en 2017, a déclaré mardi à l'Angop le chef adjoint de cette unité de santé, Pedro de Brito.