ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Santé

27.01.2019 - dim. : 10'03 - Mise à jour 27.01.2019 - dim. : 10'25

L'Angola enregistre 618 nouveaux cas de lèpre

Benguela - Le secrétaire d'Etat à la Santé publique, José Viera Dias da Cunha, a déclaré vendredi à Benguela que le pays comptait 618 nouveaux cas de lèpre, ce qui correspond à un taux de détection de 2,17% sur 100 000 habitants.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Léproserie de Funda

Photo: Lucas Neto

Selon le responsable, qui s'exprimait lors d'un événement commémorant la Journée mondiale de la lèpre, le 27 janvier, ces chiffres représentent un taux de difformités de 16,20% dans les nouveaux cas.

Luanda, Huambo, Malanje, Cuando Cubango, Benguela, Bengo, Bié et Moxico sont parmi les provinces où l'incidence de cette maladie est la plus élevée du pays, où les données les plus récentes indiquent un peu plus d'un millier de cas enregistrés.

Il a expliqué que le gouvernement angolais, prenant en compte les recommandations de l'OMS, dont l'objectif principal est de réduire le fardeau de la maladie, s'est engagé à tout mettre en œuvre pour améliorer et élargir l'accès à l'information, le diagnostic précoce, le traitement gratuit et disponible de cette maladie.

José Cunha a ajouté que la distribution de médicaments contre la lèpre dans les unités sanitaires dans tout le pays était gratuite.

"Le grand travail de lutte contre la lèpre doit être fait par nous tous. La lèpre est une maladie chronique contagieuse qui frappe la peau dans les différentes parties du corps et des nerfs. Son ampleur et son haut pouvoir invalidant maintiennent cette maladie en tant que problème de santé publique ", a-t-il indiqué.

Il a rappelé qu'en 2005, l'Angola avait déclaré que l'éradication de la lèpre était un problème de santé publique et que la prévalence de la maladie était alors de 0,36% pour 10 000 habitants.

José Viera Cunha a dit que le taux d'élimination recommandé était de 1 cas sur 10 000 habitants, mais que la tâche était difficile à remplir, le pays ne bénéficiant pas d'un soutien pour la lutte contre la maladie.

Il a souligné que neuf ans après la déclaration de cette élimination, l'OMS avait inclus l'Angola dans un ensemble de 22 pays les plus endémiques du monde, où la lèpre était très active, conformément aux indicateurs de la maladie

Il a alerté la population d’identifier les premiers signes de la maladie et sur la nécessité de rechercher l'unité de santé la plus proche de leur résidence, car cette attitude réduirait le risque de déformation et d'invalidité, ce qui permettrait aux personnes touchées de mener une vie normale avec dignité. .

En 2018, environ 20 000 personnes avaient été guéries de la lèpre en Angola.

La lèpre est une maladie infectieuse causée par le bacille de Mycobacterium leprae qui affecte les nerfs et la peau et provoque des lésions graves. C'est une maladie contagieuse qui passe d'une personne malade qui n'est pas en traitement à une autre.

C'est le dernier dimanche de janvier que la Journée mondiale de la lèpre est célébrée. Ce jour a été institué en 1954 par l'ONU, à la demande de Raoul Follereau, l'apôtre des lépreux du XXe siècle, qui a déclaré un jour qu '"il n'y a pas trop de rêves".

Cet événement vise à sensibiliser à la discrimination à l'égard des patients lépreux, ainsi qu'à promouvoir l’aide aux lépreux et la réintégration sociale.

Le dernier dimanche de janvier a été choisi pour la célébration en l'honneur de Gandhi, décédé ce jour-là, qui a déclaré que "l'élimination de la lèpre est le seul travail que je n'ai pu mener à bien de ma vie". L’objectif global est de continuer son travail.

Lire aussi