ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Santé

02.06.2019 - dim. : 14'27 - Mise à jour 02.06.2019 - dim. : 14'28

Le paludisme et la méningite dominent l'épidémiologie en Angola - secrétaire d'État

Lubango - La situation épidémiologique dans le pays est dominée principalement par deux maladies, le paludisme et la méningite, bien qu'il y ait une réduction de ces maladies dans certaines provinces.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

José Cunha, secrétaire d'Etat à la Santé publique

Photo: Joaquina Bento

C’est ce qu’a révélé samedi à la presse, à Lubango, le secrétaire d'Etat à la Santé publique, José Manuel Vieira Dias da Cunha, dans le cadre de sa visite qu’il effectue depuis mardi dans la province de Huíla, pour évaluer l'état de la surveillance épidémiologique locale.

Bien qu'il n'ait pas révélé le cadre statistique, le responsable a dit que le gouvernement angolais continue de développer des campagnes de lutte contre le vecteur, basées sur quatre piliers fondamentaux, notamment la fumigation, la distribution de moustiquaires, la pulvérisation intra-ménage et l'assainissement, afin d'éviter la reproduction de moustiques.

En ce qui concerne la méningite, il a signalé que 50 cas et 20 décès avaient été signalés dans la province de Huíla en deux mois, ce qui représente un taux de mortalité "très élevé" et nécessitait une intervention urgente pour la guérison.

A propos la rougeole, la province de Lunda Sul compte plus d'un millier de cas, touchant principalement des enfants.

D'autre part, il s’est dit préoccupé par plus de 50 000 cas de gale enregistrés dans la province de Huíla cette année.

José da Cunha a fait savoir que pour se prévenir de ces pathologies, des agents de développement communautaire et sanitaire étaient formés dans le sens d’assurer la liaison entre les services de santé et la communauté.

Par ailleurs, il a annoncé que cinq mille nouveaux professionnels de la santé, y compris des médecins, des infirmiers et des techniciens en diagnostic, seraient intégrés au système de santé.

Il a reconnu que le nombre de professionnels admis dans le secteur était toujours insuffisant, et que le déficit est progressivement couvert.

Lire aussi