ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Santé

25.09.2020 - ven. : 07'46 - Mise à jour 24.09.2020 - jeu. : 20'35

La CEAST divulgue les résultats de l'évaluation du secteur de la santé

Caxito - Le paludisme, le VIH/SIDA, la tuberculose, la malnutrition et les maladies tropicales négligées sont identifiés comme les pathologies les plus fréquentes dans les provinces de Luanda et Bengo, selon le rapport de suivi du secteur de la santé réalisé par la Commission épiscopale pour la justice et la paix et la migration de la CEAST en 2019.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Le document présenté jeudi, à Caxito, indique que le paludisme, avec 80,73%, en tête de liste dans la province de Bengo, suivi de la fièvre typhoïde (6,86%) et des infections sexuellement transmissibles (6,58%).


Le paludisme est également la principale cause de décès à Bengo pendant la période au cours de laquelle l'étude a été menée, en 2017, il a enregistré 400 décès et en 2018, il a baissé à 283.

La deuxième cause de décès est la tuberculose, qui a enregistré 23 décès en 2018, une augmentation significative par rapport à 2017 où trois décès dus à la maladie ont été signalés.


Le document indique également que, bien qu'il existe de bonnes structures de santé dans les provinces de Bengo et Luanda, une plus grande attention de la part des autorités compétentes devrait être accordée pour permettre une meilleure assistance médicale aux communautés.


Par exemple, à Bengo, 50 pour cent des utilisateurs parcourent jusqu'à 50 kilomètres pour accéder aux établissements de santé, alors que l'Organisation mondiale de la santé estime que la distance maximale devrait aller jusqu'à 10 kilomètres.


Au cours des travaux de suivi du secteur de la santé, 45 unités de santé ont été suivies, 37 dans la province de Luanda et huit à Bengo, couvrant 12 municipalités dont huit (Luanda) et quatre (Bengo).

Concernant la qualité des infrastructures, le rapport indique que sur les 45 unités de santé, 54,5% sont en règle, 43,5% en bon état et une seule en mauvais état (centre de santé de Piri).

Lors de la présentation, l'évêque du diocèse de Caxito, Mgr. Maurício Agostinho Camuto, a demandé à l'Exécutif de revoir le budget mis à la disposition du secteur de la santé, afin d'améliorer le service fourni.


Selon le prélat, le ministère de la Santé devrait distribuer des équipements techniques et du matériel hospitalier dans les différentes unités de santé afin que les patients soient traités avec dignité, compassion, amour et humanisation.

Balises Igreja Católica  

Lire aussi