ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Société

16.04.2010 - ven. : 08'32 - Mise à jour 16.04.2010 - ven. : 08'32

Police nationale présente des suspectes trafiquantes de drogues

Luanda

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

 Luanda - La Direction provinciale d'Enqête C riminelle (DNIC) a présenté jeudi, à Luanda, deux femmes accusées de trafic illicite de drogues (cocaïne), à partir du Brésil, a appris l'Angop de source policière.

    Selon la source, il s'agit de l'Angolaise Maria Bela Makito et de la Namibienne Rosalina Chantal, détenues avec trois autres citoyens angolais, à l'Aéroport International "04 de Fevereiro", lorsqu'ils tentaient de faire passer le produit.

    L'Angolaise est accusée d'avoir embarqué, à partir de Rio de Janeiro et de São Paulo, par voie aérienne, huit kilogrammes de cocaïne cachés à l'intérieur de batteries de téléphones, à travers une agence de voyage.

    Quant à la Namibienne, elle a été arrêtée quand elle tentait de passer avec 7, 4 kilogrammes de produit dans un trophée sportifs (coupes).

    Se confiant à l'Angop, lors de la présentation des détenus, le directeur provincial d'Enquête Criminelle, l'inspecteur chef António João, a déclaré que les traficants de drogues avaient monté une nouvelle stratégie pour le transport de cocaïne, réposant sur son introduction dans le lot de marchandises, ajoutant qu'avant, les traficants amenaient la drogue dans le bagage à main.

    Selon l'officier, la situation est contrõlée, car les agents de Police oeuvrant dans les ports, aéroports et postes frontaliers terrestres sont attentifs au changement de tactique des traficants.

    Il a, d'autre part, admis l'hypothèse de la consommation des drogues dans des discothèques de la périphérie et centre de la capitale angolaise.