ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Transport

05.03.2018 - lun. : 19'17 - Mise à jour 05.03.2018 - lun. : 19'17

Le CFB "ouvre la porte" à la compétitivité économique africaine

Luena - Les pays de la région sud de l'Afrique sans accès à la mer et d'autres peuvent déjà transporter des ressources minérales, des produits et des marchandises, avec la reprise lundi de la circulation entre le Chemin de fer de Benguela (CFB) et la Société Nationale des Chemins de Fer du Congo (SNCC).

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Moxico: Chemin de fer de Moxico

Photo: Pedro Parente

La matière première et les autres produits des pays de la SADC, bloc économique et politique, peuvent également atteindre le monde grâce à la connexion mondiale au port de Lobito, une ville de Benguela, côte angolaise, qui abrite le siège du CFB.

Le premier millier de tonnes de concentré de manganèse extrait dans les mines de Kisenge dans la province congolaise du Katanga pour être transporté par le CFB à partir de Luau ce lundi (5), 34 ans après, est un exemple de son efficacité et de sa réussite de l'objectif du gouvernement angolais.

Comme on le sait, le CFB commencent à Lobito (Benguela), côte d’Angola, passant par Huambo et Bié (centre) se terminant à Luau (Moxico) dans un itinéraire de 1344 km jusqu’à la frontière avec la SNCC.

C'est précisément dans un centre de convergence avec la Société nationale des chemins de fer du Congo, dans la capitale de la province congolaise du Katanga, Lubumbashi, située dans le sud-est du pays (RD Congo).

Grâce à ce lien connu à l'échelle internationale comme «Corridor de Lobito», on peut atteindre la Zambie, de là le Mozambique et Dar es Salaam, en Tanzanie, par l'océan Indien, pouvant se connecter à l'Afrique du Sud, devenant un réseau ferroviaire transcontinental.

Ce mouvement donnera plus d'emplois aux populations de cette région et des possibilités de choix aux pays exportateurs, en leur permettant de privilégier les chemins de fer d'accès facile, de proximité et de coûts moins élevés.

Ceci place l'Angola dans une position compétitive vis-à-vis de sa performance et de sa récolte, avant l'arrêt du CFB, étant donné qu’il avait déjà des clients fidèles, en l'occurrence la RDC et la Zambie, et pouvait en attirer d'autres.

La RDC et la Zambie auront, dans le port de Lobito, la plate-forme pour apporter les minéraux en Asie, en Europe et en Amérique du Sud et du Nord.

Lire aussi